Nous sommes le Dim 15 Déc, 2019 13:38
Supprimer les cookies

CopyHeart

Image Libérer les logiciels et tout autre contenu, comment adopter une Licence Libre ? (GNU GPL, Art Libre et Creative Commons).
Un forum en collaboration directe avec le site Veni Vidi Libri.

Lun 15 Oct, 2012 01:15

CC-BY

Source : SILex

Copyheart : un amour de licence libre

Publié le 27 mai 2011 par calimaq

Magie de la sérendipité, je suis tombé plus ou moins par hasard sur la licence (ou plutôt sur la non-licence) libre la plus charmante qu’il m’ait été donné de rencontrer à ce jour : le ♡Copyheart.

Son inventeur s’appelle Nina Paley, une activiste éminente de la Culture libre, qui s’est distinguée comme artiste en créant le magnifique film d’animation Sita sings the blues (sous licence CC-BY-SA) et qui s’attache à penser la propriété intellectuelle autrement sur son site QuestionCopyright.

Nina s’est lancée depuis quelques mois dans un nouveau projet, en créant un blog BD mettant en scène sous forme de strips en 3 cases deux petits personnages, Mimi and Eunice, que vous avez déjà peut-être vus dans cette vidéo en faveur du partage « Copying is not theft« .

Les aventures de Mimi and Eunice portent sur des sujets variés, en fonction de l’humeur de Nina, mais certains strips aiguillonnent joliment la propriété intellectuelle et ses dérives, comme celui-ci par exemple :

Image
Par Nina Paley. ♡Copyheart

Or, voulant reprendre hier un de ces strips pour un billet sur S.I.Lex, j’ai cherché à savoir sous quelle licence ils étaient placés. Et là au lieu de tomber sur une classique licence Creative Commons, j’ai découvert le ♡Copyheart, qui se résumer ainsi :

♡ Copying is an act of love. Please copy.

Et c’est tout !

Nina Paley a écrit une FAQ pour expliquer sa démarche, que j’ai traduite en français et que je joins à la suite de ce billet (voir plus bas). Son discours est assez intéressant et plus profond que le côté « Peace and Love » que le Copyheart peut véhiculer au premier abord.

J’y vois un petit quelque chose de magritien, dans la mesure où le Copyheart est une « non-licence » (ou plutôt une « Ceci-n’est-pas-une licence »), qui marque une volonté, non pas d’aménager ou de renverser le copyright (démarche des licences libres ou du copyleft), mais de sortir du droit tout court. Bien que Nina Paley soit une adepte des licences libres, elle a également un recul critique fort intéressant sur le sujet, qu’elle exprime parfois sur le site Techdirt (ici , ou ) :

Nous ne pensons vraiment pas que les lois et la « propriété imaginaire » jouent un quelconque rôle dans les sentiments des gens et dans leurs rapports culturels. Créer encore davantage de licences et de contrats ne fait que perpétuer les problèmes engendrés par le droit quand il s’immisce là où il ne devrait pas. Le fait que le ♡ Copyheart n’ait pas de valeur juridique n’est pas un bug ! C’est absolument intentionnel !

J’avais déjà formulé au détour d’un billet une idée de ce genre, en parlant d’un possible Copy-Out (mais le concept s’était profondément enfoui dans mon cortex reptilien d’indécrottable juriste…) :

Il est peut-être temps de dépasser la logique du Copyleft elle-même pour entrer dans celle du Copy-Out : la sortie en dehors du cadre du copyright et non plus son aménagement.

Il existe certes déjà une licence Creative Commons Zero (CC0) qui permet d’abandonner absolument tous ses droits sur une création, mais il y a quelque chose qui relève de l’oxymore dans cet outil, car peut-on vraiment sortir juridiquement du droit ? Tout mignon qu’il est, le Copyheart me paraît en fait beaucoup plus subversif… (tout en étant plus sérieux quand même que la DWTYWT/PL : Do What The Fuck You Want To Public Licence [sic]).

Car peut-être après tout est-ce une impasse que de chercher à vouloir trouver une réponse juridique à un problème juridique et que le meilleur moyen serait de sortir complètement du droit pour donner à la création des règles d’une autre nature ? C’est justement le propos d’un ouvrage récent, traduit par l’équipe de Framabook « Un monde sans copyright… et sans monopole« , qui défend l’idée que l’humanité serait plus créative si la propriété intellectuelle n’existait pas. Et le modèle alternatif qu’il décrivent n’est pas une utopie romantique, mais une autre façon de penser l’économie culturelle, entièrement reconstruite autour de la notion de biens communs.

Ce point rejoint la démarche de Nina Paley, car le geste de don total qu’exprime le ♡Copyheart n’est absolument pas déconnecté d’une démarche créative, ni de la recherche d’un véritable modèle économique. La gratuité et le don sont des modèles économiques à part entière (j’en avais parlé ici), et n’en déplaise à nos amies les sociétés de gestion collective !

En effet, Nina a décidé de publier sous forme de petits livres papier (minibooks) les strips de Mimi et Eunice parlant de propriété intellectuelle. Cela s’appellera Mimi and Eunice Intellectual Pooperty et les livres eux-mêmes seront placés sous ♡Copyheart, permettant à tout un chacun d’en faire… exactement ce qu’il en veut, comme il veut !

Mimi and Eunice IP minibooks Kickstarter pitch (YouTube video)

Pour financer cette opération, Nina a utilisé la plateforme de crowdfunding (financement participatif) Kickstarter, qui vous propose de verser une participation d’un montant de votre choix, en vue de rassembler une somme permettant l’édition des minibooks. En fonction du montant que vous choisissez, vous pouvez recevoir une récompense, graduée selon votre générosité. Je viens par exemple de faire un don de 25 dollars, ce qui va me permettre de recevoir chez moi 5 BD (et ça m’enchante !). Pour 150 dollars, Nina rajoutera un strip personalisé dans un exemplaire à votre nom ; pour 200 dollars, vous gagnez un déjeuner avec l’auteur (!) ; pour 400 dollars, vous gagnez un méga pack de 1000 BD, de manière à pouvoir littéralement inonder un lieu de votre choix (Nina recommande de choisir une fac’ de droit ;-).

Les BD seront vendues de manière à couvrir les frais, mais le prix sera fixé de manière dégressive en fonction de la somme rassemblée, avec pour objectif qu’il soit le plus bas possible et d’en publier un maximum (on est pas dans le PULN, là !).

Et vous savez quoi : ça marche ! Nina avait besoin de 3000 dollars pour lancer son opération et elle en a déjà récolté plus du double. Il vous reste d’ailleurs 12 jours pour faire un don (c’est très simple !), si vous souhaitez contribuer à ce projet et permettre la production d’encore plus de BD.

Franchement, après cet atroce e-G8 , où il n’a été question que de corseter juridiquement Internet au nom de la protection d’une propriété intellectuelle conçue comme le seul moyen d’inciter les créateurs à produire des oeuvres, cela fait un bien fou de voir que d’autres démarches sont possibles… y compris en dehors du droit et en toute liberté !

Ci-dessous la FAQ de Nina Paley sur le CopyHeart, traduite en français par mes soins, pour apporter une pierre, et agrémentée des strips de Mimi and Eunice.

***

♡Copier est un acte d’amour. Merci de copier et de partager.

♡Copier des oeuvres est un acte d’amour.


Les gens copient les oeuvres qu’ils apprécient. Ils ne copient pas les choses qu’ils n’aiment pas. Plus une oeuvre est copiée, plus sa valeur augmente. Les copies que font les fans n’enlèvent pas de la valeur aux oeuvres ; elles leur en ajoutent, copie après copie.

Image

L’amour n’est pas soumis à la loi

Bien que nous apprécions et utilisions les licences libres quand elles s’avèrent utiles, elles n’apportent pas de solution définitive aux problèmes engendrés par les restrictions du copyright. Plutôt que d’essayer d’éduquer le public aux complexités de la législation sur le droit d’auteur, nous avons choisi de faire connaître notre intention par cette simple déclaration :

♡Copier est un acte d’amour. Merci de copier.

Image

♡ Merci de copier et de partager

Le ♡ Copyheart signifie que nous VOULONS que vous copiez et partagiez nos créations. Sans restrictions. Prenez nous aux mots : merci de copier et de partager.

Image

Q. Le ♡ Copyheart est-il protégé par le droit des marques ?

R. Non. Il s’agit seulement d’une déclaration d’intention. Son effectivité dépend uniquement de la manière dont les gens l’utilisent et non de la contrainte exercée par l’Etat. Voici ci-dessous quelques symboles qui de même ne sont pas protégés par le droit des marques, mais dont la signification est largement (bien que parfois imparfaitement) comprise :

✝ ☪ ✡ ☺ ☮ ♻

Q. Le ♡ Copyheart a-t-il une valeur juridique ?

R. Probablement pas, bien que vous puissiez vous livrer à cette expérience :

1. Placez votre création sous le symbole ♡ Copyheart.
2. Attaquez quelqu’un en justice pour l’avoir copiée.
3. Observez la réaction du juge.

Image

Nous ne pensons vraiment pas que les lois et la « propriété imaginaire » jouent un quelconque rôle dans les sentiments des gens et dans leurs rapports culturels. Créer encore davantage de licences et de contrats ne fait que perpétuer les problèmes engendrés par le droit quand il s’immisce là où il ne devrait pas. Le fait que le ♡ Copyheart n’ait pas de valeur juridique n’est pas un bug ! C’est absolument intentionnel !

Q. Comment utiliser le ♡ ?

R. Utilisez-le à la place du symbole ©, et au lieu de:

© Copyright 2010 par Auteur/Artiste. Tous droits réservés.

Vous pouvez écrire :

♡2010 par Auteur/Artiste. Copier est un acte d’amour. Merci de copier.

Vous avez compris ? Mais bien sûr, vous pouvez utiliser le symbole ♡Copyheart exactement comme vous l’entendez. Nous n’en sommes pas propriétaire et personne ne l’est.


Il est vrai que, d'un côté, pourquoi "résister" à ce que le droit n'aurait jamais dû devenir ! Le partage ne devrait pas être interdit. Sans aller jusqu'à dire qu'il n'y aurait jamais dû avoir de droit, on peut constater que les monnaies rivales (cf. biens rivaux) renforcent - de par leur rôle de monnaie (se faire échanger) - la "rivalité" des biens rivaux et, parfois même, rendent rivaux des biens qui étaient, à la base ou dans leurs usages, des biens non rivaux (des biens anti-rivaux). On peut alors se demander si une monnaie peut à la fois jouer son rôle de monnaie à la fois être un bien anti-rival.

Alors oui, pourquoi "résister", alors que ce sont la monnaie et le droit d'auteur qui résistent à la tendance - surtout des êtres vivants doués de langage - à partager !

A ne pas confondre : rival et anti-rival avec viral et antiviral ! (quoique... :lol: )

En résumé :

La mention CopyHeart (Copy me) n'est pas une licence. Elle n'a aucune valeur juridique. Et c'est volontaire ! Le but étant que les choses soient faites (ou non) de notre plein gré et non par obligation.

Elle correspondrait à la licence CC0, en voici les points communs :

- vous avez le droit d'utiliser cet article, la licence signifiant l'accord de l'auteur,
- vous avez le droit de mentionner l'auteur et/ou la source (le lien) de cette oeuvre,
- vous avez le droit d'en faire un usage commercial,
- les reproductions non modifiées sont autorisées et soumises à la même licence (CC0),
- les reproductions modifiées sont autorisées et peuvent être soumises à des licences différentes compatibles,
- vous avez le droit de mentionner le lien vers la page du résumé de la licence, au moins en accompagnement de l'article ou sur la page d'accueil de votre site si celui est intégralement sous cette même licence.

à deux différences près :

- ce n'est pas une licence ; elle n'a aucune valeur juridique,
- elle n'est [donc] pas contrecarrée par le droit moral inaliénable. :mrgreen: Et oui, le coeur a ses droits qui écoeurent le droit. :lol:

Sites CopyHeart :

http://questioncopyright.org
http://copyheart.org

A lire aussi :

Imagine There Is No Right (pdf en téléchargement direct) CC-BY-NC-ND
Un Monde Sans CopyRight (pdf en téléchargement direct) CC0
Dernière édition par shokin le Dim 11 Nov, 2012 17:34, édité 1 fois au total.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
shokin

Avatar de l’utilisateur
Messages : 186
Géo : Suisse

Lun 15 Oct, 2012 22:23

J'adore cette idée de copyheart,
mais puisque ce n'est pas un contrat un juriste pourras alors stipuler que c'est la propriété intellectuelle qui s’applique par défaut, non ?
Marnic

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1724
Géo : Prémian (34 hérault)

Mar 16 Oct, 2012 06:16

Certes, oui, il pourrait.

Ce que je trouve con, c'est que le droit s'est mis à systématiquement régler nos problèmes à notre place. Tout comme la monnaie, il vient s'initier dans tous les domaines. En plus, c'est pour poser des obligations et des interdictions. Poser le moins possible d'interdictions et d'obligations serait plus synonyme de créer de la liberté, créer du hasard.

On peut donc interpréter la création du CopyHeart comme une critique du droit (et de son application). On fait plus confiance au droit et à la monnaie qu'à nous-mêmes, c'est ça le truc con gros souci.

L'universalité du droit (et de la monnaie) rompt l'authenticité de tout contrat social, de tout accord entre deux particuliers, puisqu'on veut qu'il (le droit, que certaines personnes voudraient universel ; voire aussi la morale) prime sur l'individu, le particulier.

Enfin, c'est mon point de vue, imbibé d'une éhtique de libre partage.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
shokin

Avatar de l’utilisateur
Messages : 186
Géo : Suisse

Mar 03 Juin, 2014 16:18

Cela est vraiment assez "bête". Je vais demander à la FSF si le CopyHeart a une valeur juridique mais il n'y a vraisemblablement aucune chance.
Pour comparer, dans la logique des choses Game Of Thrones serait libre car son réalisateur a dit que le partage est un moyen de romotion.
Quand on me demande "qu'est-ce que tu penses du piratage du cinéma", je réponds "j'ai bien aimé Pirate des Caraïbes".
-- Richard Stallman
sosolal

Messages : 199
Géo : Derrière toi

Ven 18 Juil, 2014 22:10

Ouais, l'idéal serait une révolution "copernicienne". Au lieu de mettre par défaut le "tous droits réservés", on mettrait par défaut le "aucun droit réservé", le domaine public.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
shokin

Avatar de l’utilisateur
Messages : 186
Géo : Suisse

Mer 27 Août, 2014 13:48

Non, l'idéal serait la destruction du copyright.
Quand on me demande "qu'est-ce que tu penses du piratage du cinéma", je réponds "j'ai bien aimé Pirate des Caraïbes".
-- Richard Stallman
sosolal

Messages : 199
Géo : Derrière toi

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit