Nous sommes le Jeu 21 Fév, 2019 21:33
Supprimer les cookies

Page 5 sur 11Précédent 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 ... 11 SuivantOuverture de Deezer, site d'écoute en ligne de musique

Le Libre soulève de nombreuses questions, notamment sur la vente liée, les verrous numériques, les libertés numériques.., Parlons-en avec écoute et respect de l'autre.

Lun 27 Août, 2007 21:41

Oups :?

Ayé, corrigé :D.
Quand tout le reste a échoué, lisez le mode d'emploi.
yostral

Avatar de l’utilisateur
Messages : 5404
Géo : Là-haut dans la montagne...

Mer 29 Août, 2007 10:57

Merci yostral pour ce lien... on pouvait en effet le déduire dès le début, mais beaucoup de média ont repris sans les vérifier les affirmations rassurantes du communiqué de presse de Deezer sur sa légalité.

Sur le plan technique, nous l'avons déjà dit, il est facile de télécharger les morceaux présentés en écoute seule.
Or, et l'on comprend bien pourquoi, la protection des morceaux contre le téléchargement conditionne l'accord de la Sacem et des autres ayant-droits.
C'est pourquoi Deezer affirme dans cet article du Figaro "travailler dessus".
L’équipe technique du site, qui souligne que cette manipulation n’est « pas à la portée de tout le monde », a donc testé plusieurs solutions, parmi lesquels [ils n'ont plus de relecteur au Figaro ?] un autre logiciel d’Adobe, qui coûte près de 6.000 €…


De quel "autre logiciel d’Adobe" s'agit-il ?
Je parierais qu'ils font référence à Flash Media Server, qui permet en effet de faire du vrai streaming (pas le progressive download actuel). En l'occurrence, du streaming utilisant le protocole RTMP, plus difficile à télécharger.

Ce logiciel coûte effectivement cher (5691,76 € TTC en version complète), mais il existe justement une alternative grâce au logiciel libre Red5, dont il a été déjà question sur le forum.

Il sera donc intéressant de suivre le choix que Deezer (actuellement fermé pour maintenance) va retenir pour rassurer les ayant-droits, sachant que viser une protection sans faille est illusoire.
leto_2

Messages : 2305

Mer 29 Août, 2007 12:02

leto_2 a écrit:Merci yostral pour ce lien... on pouvait en effet le déduire dès le début, mais beaucoup de média ont repris sans les vérifier les affirmations rassurantes du communiqué de presse de Deezer sur sa légalité.
Ah... Vivement que le label qualité de l'État soit dispensé aux vrais sites d'information.
Attentyon, ponaytte maychante !
Téthis

Avatar de l’utilisateur
Messages : 3895
Géo : De passage chez les cathares

Mer 29 Août, 2007 19:47

Le site est toujours hors ligne, mais l'on peut accéder à son interface flash, en indiquant directement le lien de cette dernière :
http://www.deezer.com/index3.swf

Pas de streaming RTMP à l'horizon, mais voici les modifications (peut-être pas définitives ni exhaustives) que j'ai pu remarquer :

- un pop up de pub s'ouvre (même avec Firefox) à chaque recherche
- idem au lancement de chaque morceau (que l'on clique dessus ou qu'il s'enchaîne tout seul)
Apparemment, c'est la régie publicitaire de yahoo :
http://cm.eu.overture.com/js_flat_1_0/? ... nfig=*****

-A présent, écoutons un morceau.
Pour couper court aux discussions sur la légalité de Deezer, choisissons de la musique libre : David TMX, dont Aisyk a précisé qu'il était présent sur ce site.
Si l'on choisit par exemple la chanson H de David TMX, le navigateur appelle cette adresse :
http://88.191.62.209/cacheDiffusion.php ... gE8EHM8nYu
Le champ ID de cette adresse correspond à l'empreinte audio du fichier, sur laquelle se base Deezer pour identifier les morceaux uploadés (peut-être en utilisant la base de données de musicip).
Ainsi, e688aa54-eb99-376b-a988-291b7e21b8b9 est bien l'empreinte correspondant à ce morceau, comme on peut le vérifier sur Musicbrainz.

La nouveauté réside dans les champs suivants : KEY et SESSION_ID, variables semble-t-il utilisées pour sécuriser l'accès au fichier.

- Que se passe-t-il justement si l'on ouvre dans notre navigateur cette adresse complète ? Sachant que de toute manière, le morceau reste bien entendu sauvegardé dans le cache du navigateur.

Deezer a écrit:Vous avez tenté d'accéder à un contenu protégé.
Nous vous informons que votre adresse ip : 88.191.62.209 a été détectée en France et a été enregistrée dans notre base de données.

Nous vous rappellons que cette pratique est interdite et répréhensible par la loi.

La société BLOGMUSIK SAS se réserve le droit d'alerter les autorités compétentes en cas d'abus.

You've tried to access a protected content.
We inform you that your IP address: 88.191.62.209 localized in France has been recorder in our data base.

We recall you that this behaviour is totally forbidden and reprehensible by the law.

BLOGMUSIK SAS Company will inform all competent authority in acse of abuse.

Bon, on passe sur les fautes d'orthographes en espérant que ça sera corrigé sur la page définitive.

Qu'en penser ?

Trois choses :

1- je rassure, l'adresse IP indiquée n'est pas la mienne, mais celle d'un serveur (dedibox) utilisé sans doute par Deezer (où l'on trouve d'ailleurs des choses étranges, comme un titre des Rolling Stones, groupe du catalogue... Universal)

2- ça ne manque pas de piquant de voir Deezer, qui n'est pas légal tant qu'il n'aura pas obtenu toutes les autorisations nécessaires, faire un rappel solennel à la loi.

3- justement, cette pratique est-elle vraiment interdite et répréhensible comme l'affirme Deezer ? Pas si sûr...


Partons des textes :

l'article L122-4 du Code de la propriété intellectuelle a écrit:Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l'adaptation ou la transformation, l'arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.


Comme je sais qu'il y en a qui suivent (si si ;-)), vous aurez remarqué que cet article ne concerne que les auteurs, et retenus de l'affaire Deezer qu'ils ne sont pas les seuls ayant-droits sur une oeuvre.

C'est pourquoi le cas des droits voisins est réglé par un autre article que l'on a vu plus haut :

l'article L335-4 alinéa 1 a écrit:Est punie de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende toute fixation, reproduction, communication ou mise à disposition du public, à titre onéreux ou gratuit, ou toute télédiffusion d'une prestation, d'un phonogramme, d'un vidéogramme ou d'un programme, réalisée sans l'autorisation, lorsqu'elle est exigée, de l'artiste-interprète, du producteur de phonogrammes ou de vidéogrammes ou de l'entreprise de communication audiovisuelle.


Le principe est donc clair : pas de reproduction/copie/téléchargement sans autorisation des ayant-droits.

Cet acte de reproduction est défini à article L122-3 :

l'article L122-3 a écrit:La reproduction consiste dans la fixation matérielle de l'oeuvre par tous procédés qui permettent de la communiquer au public d'une manière indirecte.
Elle peut s'effectuer notamment par imprimerie, dessin, gravure, photographie, moulage et tout procédé des arts graphiques et plastiques, enregistrement mécanique, cinématographique ou magnétique.
Pour les oeuvres d'architecture, la reproduction consiste également dans l'exécution répétée d'un plan ou d'un projet type.


On notera une précision intéressante : "qui permettent de la communiquer au public".
La copie est en effet soumise à autorisation en ce qu'elle peut déboucher sur une communication de l'oeuvre au public.

On retrouve justement cette idée dans les exceptions au principe de reproduction/copie/téléchargement soumis à autorisation :

article L122-5 a écrit:Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire :
[...]
2º Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective

C'est la fameuse copie privée.

Après les textes, prenons à présent leur application par la jurisprudence.


Jusque là, les décisions de justice qui condamnent des personnes pour téléchargement d'oeuvres protégées se fondent sur l'origine illicite de l'oeuvre téléchargée.

Ainsi, par contamination, l'oeuvre mise à disposition illégalement (=sans autorisation de ses ayant-droits) rendait son téléchargement ultérieur constitutif d'un acte de contrefaçon.
L'argument de la copie privée, utilisé en défense, était écarté puisque la jurisprudence considère que la copie privée suppose un accès licite à l'oeuvre copiée.

Tribunal correctionnel de Rennes, 30 novembre 2006 a écrit:qu'au surplus l’exception de copie privée ne saurait avoir pour effet de rendre licite la reproduction d’une œuvre illicitement obtenue


Cour d’appel de Versailles 16 mars 2007 a écrit:Sur la constitution du délit.

Il est établi par le dossier et les débats que les œuvres reproduites et diffusées par M. O., qui ne conteste pas la matérialité des faits, l’ont été à partir de sources non autorisées par leurs auteurs respectifs et sans qu’aucun droit ne soit versé à ces derniers. Dès lors, l’exception de copie privée tiré de l’article L. 122-5 (2°) ne peut être valablement invoquée par le prévenu.


Donc, et c'est là que je voulais en venir, cette argumentation sur l'illégalité originelle disparaît dans l'hypothèse où l'oeuvre est légalement mise à ligne.

On pourrait alors soutenir que l'enregistrement d'un morceau disponible légalement en écoute sur un site internet constitue un acte de copie certes, mais
privée, tant qu'elle reste destinée à l'usage personnel du copiste (et par extension jurisprudentielle, à son cercle de famille),
et licite, dès lors que l'oeuvre copiée était légalement diffusée.

Il en va de même lorsque l'on enregistre une source licite de diffusion (telle qu'une chaîne de radio, de télévision), que ce soit avec une cassette vidéo ou des moyens plus sophistiqués (voir le cas intéressant de StationRipper, dont le Syndicat national de l'édition phonographique concédait -avec regret- que son utilisation rentrait a priori dans le cadre de la copie privée : 1, 2).

Bien entendu, puisque à l'heure actuelle il n'y a pas eu de décision de justice intervenue sur le cas d'espèce (et il n'y en aura peut-être jamais), ce que je décris est une argumentation, qui comme toute interprétation du droit, peut se discuter.

On pourrait par exemple opposer que depuis, la loi DADVSI a rajouté une condition qui limite la copie privée :
l'avant dernier alinéa de l'article L122-5 a écrit: Les exceptions énumérées par le présent article ne peuvent porter atteinte à l'exploitation normale de l'oeuvre ni causer un préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l'auteur.


Mais là encore, ces notions ne sont pas définies en jurisprudence, et l'on ne sait pas à l'heure actuelle ce qu'il faut exactement entendre par "atteinte à l'exploitation normale de l'oeuvre" ni par un "préjudice injustifié aux intérêts légitimes de l'auteur".


Ce qui en revanche est sûr, c'est qu'il est hasardeux de la part de Deezer de se prétendre légal et dans le même temps d'affirmer que l'enregistrement des morceaux qu'il diffuse serait illégal.


Au final, cela ressemble fort à une formule incantatoire destinée à apeurer les internautes et rassurer les ayant-droits, à défaut d'être juridiquement établie.

Affaire à suivre...
leto_2

Messages : 2305

Jeu 30 Août, 2007 07:20

Certe, certe, mais ce n'est pas joué encore (pour Deezer bien sur) pour la "sécurisation"

Il suffit de suivre les "fameux" liens proxy (encapsulation.php) h++p://proxy-x.blogmusik.net/cache/ pour tomber sur une collection de .rbs faramineuse.
Mab

Messages : 4

Jeu 30 Août, 2007 10:07

Tout à fait, comme je le disais plus haut, viser une protection technique sans faille est illusoire.
C'est justement pourquoi Deezer joue également la carte de l'intimidation juridique, là encore à l'efficacité très discutable.
leto_2

Messages : 2305

Jeu 30 Août, 2007 12:20

http://img267.imageshack.us/img267/6351 ... trezj9.png

edit leto_2 : image remplacée par son lien
Dernière édition par Dourbie le Jeu 30 Août, 2007 19:50, édité 1 fois au total.
Dourbie

Messages : 3

Jeu 30 Août, 2007 12:37

Bonjour Dourbie,

Quel est l'objet de ton message ?
Le fait que Deezer est en maintenance a déjà été posté, avec un lien vers l'image que tu affiches.
leto_2

Messages : 2305

Jeu 30 Août, 2007 19:29

Bonjour leto_2 (et tous les lecteurs),

L'objet de mon message était de montrer que les failles du système deezer.com ont semble-t-il été reconnues par les admin, et qu'ils travaillent peut-être à trouver un moyen de bloquer les téléchargements des musiques autrement qu'en streaming (ce dont je doute ...).

Je n'avais pas vu que tu avais posté le lien (le mien on le voit mieux :D )


EDIT1: ah ben, il m'a enlever l'image, y a plus que le lien. Tant pis ;-)
EDIT2: correction des répétitions de mots dans mon post.
Dernière édition par Dourbie le Jeu 30 Août, 2007 20:24, édité 2 fois au total.
Dourbie

Messages : 3

Jeu 30 Août, 2007 19:33

Voilà, Deezer est à nouveau en ligne.

Il n'apporte pas plus de protections (techniques et juridiques) que celles dont je parlais hier. Les morceaux joués sont toujours récupérables dans le cache du navigateur.
Et l'on retrouve toujours en écoute le catalogue de producteurs, tel qu'Universal, sans que Deezer n'ait pourtant annoncé avoir conclu un accord de diffusion avec eux.
leto_2

Messages : 2305

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit