Nous sommes le Mer 28 Oct, 2020 16:37
Supprimer les cookies

Page 1 sur 21, 2 Suivantet la profession de développeur dans tout ça ?

Le Libre soulève de nombreuses questions, notamment sur la vente liée, les verrous numériques, les libertés numériques.., Parlons-en avec écoute et respect de l'autre.

Sam 07 Jan, 2006 02:04

Bonjour,
étant un jeune lycéen très intéressé par la programmation, je m'interroge sur la possibilité que je devienne un jour développeur professionnel.
Cependant, je me pose parfois des questions (un peu saugrenues...) sur l'avenir de cette profession :

Imaginons le développeur que je pourrai être dans une quinzaine d'années. Il serait employé d'une entreprise de création de logiciels, et aurait une famille à nourrir. Imaginons aussi que le kilo de patates au supermarché ne soit toujours pas gratuit et encore moins sous licence GPL ! Et enfin imaginons la croissance (prévisible) qu'aura connu(e?) la communauté de développeurs de logiciels libres d'ici-là.
Qu'adviendrait-il de ce développeur et de l'entreprise, si la communauté était capable de développer un logiciel bien meilleur que le sien ? Si, malgré ses connaissances très importantes en informatique, il ne pourrait faire le poids face à une armée de cerveaux travaillant ensemble ? Il aurait, contrairement à la plupart d'entre eux, de lourdes charges financières et se retrouverait certainement un jour au chômage...Et c'est donc peut-être avec raison que l'Etat, pour défendre la noble cause qu'est le travail, ne souhaite pas promouvoir le logiciel libre.

Désolé de vous faire part de cette petite histoire un peu ennuyeuse, mais c'est une préoccupation que j'ai. Même si je reste persuadé que l'opensource est l'avenir de l'informatique !

Qu'en pensez-vous ?
nano

Messages : 2

Sam 07 Jan, 2006 09:33

Je ne suis pas hyper-spécialisée dans le domaine de l'informatique, mais les 50 développeurs de chez Sun qui bossent sur OpenOffice (en licence GPL il me semble), ils ont un vrai salaire....
korova08

Messages : 1114
Géo : Ardennes (08)

Sam 07 Jan, 2006 10:20

Le libre génére en fait énormément d'emplois, car il y a pas mal d'aspects que tu sembles oublier. D'une part, la notion de gratuité n'est pas lié au libre. Un logiciel libre peut être payant. Il n'est libre que s'il répond aux quatre exigences de base de la GPL, principalement la mise à disposition du code-source et le droit de modification. La gratuité n'apparaît pas dans ces exigences. C'est au développeur de choisir s'il veut ou non que son logiciel soit gratuit. Et je comprends que tu te poses des questions sur ce point. Car comment notre développeur fait-il pour vivre ?
Comme le dit Korova, les développeurs qui travaillent sur OpenOffice ont bel et bien un salaire. Même s'il semble que cela n'apporte rien à Sun au premier abord, en fait, cela rentre dans la notion de service. De nombreux développeurs de logiciels libres vivent d'activité de service autour de leur produit : installation, maintenance, formation (par exemple PMB, le logiciel de gestion de bibliothèque)... Tu n'auras peut-être pas à gérer ce type de choses. Tout dépend de la société où tu travailleras, mais ce sont bien souvent des départements de ce type qui fournissent les revenus à l'ensemble de la structure. D'autre part, beaucoup de sociétés comme Sun par exemple développent des logiciels et systémes orientés propriétaires, mais possédent un département consacré au libre.
Je ne pense pas qu'il y ait du souci à se faire. Le libre ne tuera pas l'emploi mais est bel et bien l'avenir de l'informatique. J'avais les mêmes craintes que toi aux débuts de la musique en libre diffusion, mais maintenant j'y adhére pleinement. Cela permet la diversité et l'innovation. N'hésites donc plus à venir grossir les rangs.
kaneda_aka_tetsuoka

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1749
Géo : Lille

Sam 07 Jan, 2006 10:36

Bonjour,

Comme le dit Korova08, les grands projets open source sont "sponsorisés" par les géants de l'informatiques (SUN, IBM, Novell, ...). Linus Torvalds est payé par une boîte pour s'occuper du projet "noyau Linux" (et sûrement pour faire d'autres choses).

Ensuite, il faut voir que la plupart des développeurs ne travaillent pas pour le grand public, mais pour répondre à des besoins précis de leur société ou de société extérieures qui ont un besoin spécifique.

Exemple, ce n'est pas parce que Apache, PHP et MySQL sont libres que les développeurs de site web d'une entreprise ne sont pas payés.

Ensuite, ce que les entreprises recherchent, c'est le support (l'assistance en cas de plantage) pour un produit. Ce qui les rebuttent parfois, c'est de ne pas avoir de société qui assurent ce support pour les logiciels libre. Certes, ont trouve beaucoup d'info sur le net. Mais cela nécessite de payer une personne très pointue sur un logiciel, qui ne "justifiera" son salaire qu'en cas de gros souci. ce n'est pas forcément rentable pour l'entreprise, ni intéressant pour cette personne (travail en décalage avec ses compétences en attendant Le gros bug).

Si les citoyens achètent du Microsoft, cela déséquilibre notre balance commerciale, puisqu'il s'agit d'une société américaine...

voilà quelques réflexions d'un grouillot, euh pardon, d'un développeur en SSII.
armen

Messages : 408

Sam 07 Jan, 2006 11:15

Bonjour,

il y a un aspect qui n'a pas été cité pour le moment il me semble: la personnalisation. Les entreprises (au moins les PME) aime avoir leur logiciel. Je développe des sites internet, et même si parfois j'utilise des logiciels libres, je n'ai jamais livré un logiciel libre sans toucher au code pour l'adapter au gout des clients. De plus trouver un logiciel qui répond à 100% aux demandes du client, c'est quand même très rare. Tu devras toujours ajouter, supprimer ou modifier des fonctionnalités.

Au niveau de la programmation de logiciels, je ne me fais aucun souci d'une menace de l'emploi dû au libre.

Cordialement,
Léviathan
Invité

Sam 07 Jan, 2006 11:33

Bonjour Nano,

nano a écrit:Bonjour,
étant un jeune lycéen très intéressé par la programmation, je m'interroge sur la possibilité que je devienne un jour développeur professionnel.
Cependant, je me pose parfois des questions (un peu saugrenues...) sur l'avenir de cette profession :


Il n'y a pas de questions saugrenues... Développeur est une profession d'avenir, bon choix, je pense... (même si je ne le suis pas :wink: ).

nano a écrit:Imaginons le développeur que je pourrai être dans une quinzaine d'années. Il serait employé d'une entreprise de création de logiciels, et aurait une famille à nourrir. Imaginons aussi que le kilo de patates au supermarché ne soit toujours pas gratuit et encore moins sous licence GPL ! Et enfin imaginons la croissance (prévisible) qu'aura connu(e?) la communauté de développeurs de logiciels libres d'ici-là.


Il faudrait définir ce que l'on pourrait appeler "logiciel" et "logiciel libre". Dans l'inconscient collectif, logiciel signifie automatiquement propriétaire. Ceci nous vient très certainement du matraquage de Microsoft(tm) : un ordinateur/un utilisateur/une licence = un ordinateur doit être monoposte, monoutilisateur.

Dans notre perception actuelle, logiciel et logiciel libre semble s'opposer...

Effectivement, il existe une conception difficile à percevoir : l'informatique produit quelque chose qu'il est difficile à définir. Donc chacun propose sa vision en fonction de son but (gain, commerce, travail, loisir, philosophie, art...)

nano a écrit:Qu'adviendrait-il de ce développeur et de l'entreprise, si la communauté était capable de développer un logiciel bien meilleur que le sien ?


Dans une économie telle que nous le concevons à l'heure actuelle, à quoi peut servir une entreprise qui produit moins bien ? Quel est son rôle économique et social ? Quel est son devenir ?
Une entreprise (terme qui a remplacé celui de société...) est un contrat social, non une entité naturelle soumise à une sélection de type darwinienne. Elle ne disparaîtra pas de facto. Le plus bel exemple est bien celui de Microsoft(tm) : si on ne peut nier les améliorations de ses logiciels, ceux-ci sont moins bons que ceux de certaines sociétés, ou certains logiciels libres. Il s'agit ici de techniques économiques et commerciales qui lui permettent d'amasser de l'argent pour se maintenir dans un système de règles très précis et auto-entretenu. Une entreprise ne peut se maintenir dans notre système que si elle possède un poids économique et une technique commerciale à toute épreuve.
Le logiciel libre est une conception collaborative de la société. Elle pose comme postulat que l'efficacité est liée à la confrontation des points de vue et de leur validation par une communauté de personnes compétentes. Lorsque l'on fait appel à la notion de sélection naturelle de Darwin, on met souvent en exergue la compétition comme relation principale entre les individus ou les espèces (le plus fort va gagner). Il s'agit là d'un point qui a été retenu par la société du XIXe siècle. Or il en existe d'autres : le commensalisme, le parasitisme, la coopération, l'indifférence, la prédation, etc. Le parasitisme est actuellement la norme dans le monde vivant : cette relation régit près de 90 % des liens entre la plupart des espèces... Lorsque l'on relit (et retraduit) "L'origine des espèces" on s'aperçoit que Darwin pensait que la coopération est la meilleure façon de survivre pour une espèce. Attention, ici on se place au niveau de l'espèce, non au niveau de l'individu, ce qui est aussi une torsion de la pensée de Darwin pour l'adapter à la vision du XIXe siècle (on appelle ça le darwinisme social).

nano a écrit:Si, malgré ses connaissances très importantes en informatique, il ne pourrait faire le poids face à une armée de cerveaux travaillant ensemble ? Il aurait, contrairement à la plupart d'entre eux, de lourdes charges financières et se retrouverait certainement un jour au chômage...Et c'est donc peut-être avec raison que l'Etat, pour défendre la noble cause qu'est le travail, ne souhaite pas promouvoir le logiciel libre.


Ta question montre bien qu'une personne seule face à des problèmes à résoudre est fragile, voire inefficace. Le groupe (malgré quelques inconvénients) se révèle bien plus souvent pertinent et offre, à terme, de meilleures solutions : c'est un système globalement positif, il apporte plus que moins (cf. "La cathédrale et le bazar"). Et contrairement à ce qu'on veut nous faire croire les "génies" ne dérogent pas à cette règle : ils ont besoin d'un système collaboratif pour y exprimer la puissance de leur capacité mentale (l'école par exemple pour y apprendre les bases de la pensée...). Pour revenir au début de ta proposition, lorsqu'une entreprise t'emploie, elle souhaite que tu puisses travailler au sein d'un groupe avec les techniques de travail telles que le brainstorming, le mindmapping, etc. Il y a certes tes compétences dans un domaine donné, mais aussi ta faculté à collaborer : ce qui est beaucoup moins facile. Surtout actuellement, où l'on met sur un pied d'estal l'individualisme et la compétition à outrance : on ne peut être que premier, le second est un premier raté, on ne fait mieux les choses que si on est dans une ambiance de stress, il faut aller vite, peut importe le coût et les moyens, seul le résultat compte, etc.

"[...]Une armée de cerveaux[...]" ? : la connaissance ne se construit pas en temps de guerre mais en temps de paix... S'opposer n'implique pas uniquement la destruction de l'autre. En tout cas, je n'ai pas cette conception de l'humanité...

nano a écrit:Désolé de vous faire part de cette petite histoire un peu ennuyeuse, mais c'est une préoccupation que j'ai. Même si je reste persuadé que l'opensource est l'avenir de l'informatique !

Qu'en pensez-vous ?


1/ ce n'est pas ennuyeux ;
2/ l'opensource est une autre façon de voir une technique de diffusion des savoirs. Sans parler de révolution, on peut facilement imaginer ce qu'a impliqué l'invention de l'imprimerie au XVe siècle et surtout le temps que cela a pris ;
3/ quel avenir nous est réservé ?
En ce qui concerne l'informatique, une société peut faire valoir ses compétences en logiciels libres, proposer des services liés à cette forme de travail. On peut tout à fait imaginer que tu contribues à développer du logiciel libre et à le proposer à des entreprises. Elles ont un interlocuteur efficace dans un domaine qui peut être perçu comme flou et mouvant. Ce qui est une erreur : depuis que j'utilise OpenOffice.org, je n'ai plus de problèmes de versions et de pérennité de mes fichiers. C'est ici que réside la force du logiciel libre.

Le travail d'un informaticien redeviendra ce qu'il a toujours été : maintenir un système qui évolue.

Le logiciel propriétaire s'est condamné lui-même, par ses propres règles : pour fidéliser mes utilisateurs, je les empêche d'aller voir ailleurs, je les enferme dans mon propre système où c'est moi qui décide de ce qu'il est possible de faire et de ne pas faire.

Le logiciel libre est développé en fonction des besoins des utilisateurs. Les utilisateurs finiront par choisir ceux-ci, mais cela prendra du temps...

Bien à toi.

Euryale.
euryale

Messages : 145
Géo : Langlade (France, Lozère, 48)

Sam 07 Jan, 2006 18:40

Pour complèter un peu le débat, n'oubliez pas quand même que les grosses sociétés (SSII et éditeurs) ont la manie ces dernières années d'aller de plus en plus vers du "nearshore" (Europe de l'Est), voire même carrément offshore (Inde, peut-être Chine bientôt). Donc, la menace du libre ... c'est mineur ...

Puisqu'il faut être complètement honnête, je pense que les informaticiens ont dans les prochaines années beaucoup de soucis à se faire, et particulier pour ceux qui se contenteront de faire de la programmation ; c'est mon point de vue de consultant dans une (grosse) SSII, mais l'avenir de l'informatique dans les pays "développés" passe sans doute par d'autres métiers : gestion de projet, assistance à maîtrise d'ouvrage ... mais de programmation, point (ou si peu).
mrFarenheit

Messages : 173

Sam 14 Jan, 2006 01:08

Bonjour Nano,

je ne sais pas si je pourrai à mon tour éclairer ta lanterne, mais je vais essayer.

J'ai moi même fait du developpement pendant longtemps, et y ai pris mon pied.
J'envisage même de recommencer, mais pas professionnellement.

Quand j'ai commencé à bosser en 1982, on pouvait vivre correctement simplement en maîtrisant un langage de programmation.
Les langages étaient plutôt "frustres" et nécessitaient donc pas mal de lignes de code pour réalisert des choses simples.
Dans les années qui ont suivi, les boites embauchaient n'importe qui ayant BAC+3 à BAC+5 et l'envoyaient en formation intensive pour faire face à la pénurie de développeur.
De nos jours, les langages sont beaucoup plus évolués, des tas d'outils te facilitent le travail, tu fais plus d'analyse, de conception de bases de données ou autres, et l'OS de l'informatique a disparu ou presque.
Ce n'est pas forcément une mauvaise chose, car on appelait cela un "pisse ligne", et pour avoir pratiqué ce métier pendant 5 ans, je m'en suis vite lassé.

Et toi, ta préoccupation c'est demain. Y aura-t-il encore du boulot pour toi ?

N'importe qui a le droit de construire lui même sa maison, alors pourquoi y a-t-il des maçons, des charpentiers, des couvreurs ?
Ne confond pas liberté et gratuité, tout travail mérite salaire.
Pour moi, ce que le libre introduit de nouveau, c'est que le fruit qu'un travail doit apporter, c'est un salaire, pas une rente.
Fini le temps où tu pondais le logiciel de l'année, rendais tes clients captifs d'un outil totalement propriétaire, et vivait pendant quelques années, plus de tes rentes que de ton travail effectif (si, si, il y a des exemples, dont un célèbre outre-atlantique).
Est ce un mal ?
Imaginerais-tu de continuer à payer tous les ans les maçons, charpentiers, ... qui ont construit la maison que tu habites ?
Quelque soit la manière dont on s'y prend, il faudra toujours des "développeurs" pour écrire les logiciels, et des informaticiens en général pour savoir les créer, les installer, les dépanner ...
Si le métier te plait et que tu as les talents nécessaires, vas y !

Bon courage et bonne chance pour tes études.

Numa
Numa

Messages : 1

Lun 16 Jan, 2006 17:34

Salut nano,
Si j'ai bien compris, le coeur de ta question c'est ça :
nano a écrit:Qu'adviendrait-il de ce développeur et de l'entreprise, si la communauté était capable de développer un logiciel bien meilleur que le sien ? Si, malgré ses connaissances très importantes en informatique, il ne pourrait faire le poids face à une armée de cerveaux travaillant ensemble ? Il aurait, contrairement à la plupart d'entre eux, de lourdes charges financières et se retrouverait certainement un jour au chômage...Et c'est donc peut-être avec raison que l'Etat, pour défendre la noble cause qu'est le travail, ne souhaite pas promouvoir le logiciel libre.
« Le logiciel libre détruit le travail des informaticiens, et donc leur salaire (nourrir la famille, tout ça).

Je crois que je ne vais pas répondre à ta question, juste la compléter.
En fait, ta question me fait penser à une autre question existentielle que je me suis posé moi même.
Je suis informaticien (développeur) et j'ai long temps travaillé dans l'automatisation de processus industriels. En résumé, mon boulot consistait à mettre plein d'ouvriers au chômage (détruire leurs emplois, nourrir la famille, tout ça).
Tu vois la relation avec ton propre questionnement existentiel ?

Ma conclusion toute personnelle découle un peu de cette affirmation :
numa a écrit:tout travail mérite salaire.
Mais ma réponse n'en est pas une, c'est juste une autre question : « Est-ce que tout salaire mérite un travail ? »

Tu penses que c'est une simple boutade, un bon mot ?

Dans la séquence « Pas de travail => pas de salaire => pas de nourriture pour la famille », quelle implication est mise à mal par nos deux questions ?
birin

Messages : 600
Géo : Gironde

Mar 24 Jan, 2006 17:13

C quoi cette affirmation? : « Le logiciel libre détruit le travail des informaticiens, et donc leur salaire (nourrir la famille, tout ça).
C'est exactement l'inverse! Ca empèche les financiers de faire de l'argent sur le dos des développeurs!

Faut pas se poser les questions a l'envers les gars! N'oubliez pas que de l'argent pour tout le monde il y en a...Le problème c'est qu'il est concentré au même endroit. Les richesses ne cessent d'augmenter et pourtant on voit rien passer (même dans les pays développés) donc ca va bien quelque part?

Même chose pour ton résonnement sur la productivité, je suis dans le même cas que toi, mais la bonne question, c'est : pourquoi cette productivité ne profite pas a tous pour diminuer le temps de travail par exemple?

Tu vas dire que je suis utopiste...mais là ou le logiciel libre amene une nouveauté, c'est dans le fait que les sources sont libres, donc microsoft ou autre ne peut pas racheter une société pour avoir son brevet et faire de l'argent avec, Microsoft doit donc ou embaucher des ingé pour comprendre le code et l'ajouter puis le faire vivre dans ses propres programmes ou racheter la société innovente pour sa capacité de service et de développement, et donc le travail de ses ingénieurs...Le libre n'est pas achetable pour autre chose que le chiffre d'affaire fourni par un travail...c l'arme absolue contre les financiers et pour le travail de qualité.

Tes affirmations sont vraies dans le monde du "tout brevet", mais seront fausse dans le monde du "tout libre" que nous allons créer :D :wink:
Redj

Messages : 54

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit