Nous sommes le Dim 15 Déc, 2019 11:11
Supprimer les cookies

Vivre de la création d'un logiciel libre sous licence GPL

Image Libérer les logiciels et tout autre contenu, comment adopter une Licence Libre ? (GNU GPL, Art Libre et Creative Commons).
Un forum en collaboration directe avec le site Veni Vidi Libri.

Sam 17 Juil, 2010 21:28

Bonjour à tous,

J'ai un projet de création de logiciels dans le monde du génie civil. Je pense que celui-ci peut être vivable pour la principale raison qu'aucun logiciel dans ce domaine n'est libre et qu'il pourrait trouver une place si l'application développée arrive à répondre à la majorité des utilisateurs. Les deux principales points des logiciels seraient 1) leur qualité et 2) la diffusion gratuite des applications et du code source (normal pour une licence GPL)

Le modèle économique serait bien sûr de modifier les logiciels (que j'aurais créé) à la demande du client, de faire du service "après-vente" (support, documentation, ...)

Cependant, je me pose un certain nombre de questions :
En supposant que je souhaite créer une SSLL (ce qui serait l'idéal), pensez-vous que je dois déjà avoir développer un logiciel ou chercher parmi les bureaux d'étude un financement ? Toujours dans l'absolu, la deuxième solution serait l'idéal mais s'ils ont déjà payé pour avoir un logiciel propriétaire, seraient-ils d'accord pour payer le développement d'un logiciel similaire sachant que le logiciel serait sous licence GPL ?

Actuellement, je travaille dans un bureau d'étude mais je ne pense pas qu'ils soient suffisamment ouvert pour supporter un projet comme celui-ci qui comporte quand même une grande part de risque (tout du moins à son lancement).

J'ai créé une note de quelques pages afin d'expliquer mon projet à mon entreprise (comment on met des pièces jointes?). Elle contient principalement mes motivations sur "pourquoi une licence GPL" et une description du modèle économique. Si vous êtes intéressé, je peux toujours l'insérer en plusieurs posts.

Pensez-vous que rencontrer une entreprise de type SSLL soit une bonne idée ?
Connaissez-vous des entreprises qui lors de leur fondation n'avaient développer aucun logiciel et qui ont réussi à être viable ?
Merci de me faire part de vos opinions sur ce projet qui me tient à cœur. Notamment, sur comment rentre un tel projet viable.

Cordialement,
mrbonheur

Messages : 6

Dim 18 Juil, 2010 09:05

Vois avec des structures comme l'Adullact, qui mutualisent des moyens pour les collectivités territoriales. A cet effet, un ensemble de collectivités territoriales organisent des groupes de travail, élaborent le cahier des charges et achètent groupé une prestation de développement de logiciel libre.

Je pense qu'ils pourront te donner des pistes et des exemples.

Cordialement

Jean CARTIER
janolap1

Avatar de l’utilisateur
Messages : 348
Géo : Bourges

Dim 18 Juil, 2010 13:18

Tu devrais poster ça sur DLFP. IL y a là bas des personnes qui vivent du LL, je pense notamment à Zenitram qui développe mediainfo (http://mediainfo.sourceforge.net/fr).

> Pensez-vous que rencontrer une entreprise de type SSLL soit une bonne idée ?

Non. :) Se serait bien mieux d'aller voir une pépinière d'entreprises, on y trouve des personnes qui ont des informations pertinentes à donner.

> Connaissez-vous des entreprises qui lors de leur fondation n'avaient développer aucun logiciel et qui ont réussi à être viable ?

Il faut avoir un portefeuille de brevets pour être viable sans avoir de produit à vendre. :D

Avant de te lancer, je te conseille d'avoir déjà de la matière (un logiciel, même si il est loin d'être complet) car le monde est rempli de personnes qui ont de beaux projets et qui ne font rien. D'après ce que raconte Zenitram pour son projet, les entreprises ne paient pas pour le développement d'un logiciel, elles paient pour y voir des fonctionnalités intégrées. Tu as donc une grande probabilité de ne pas d'aller loin sans socle intéressant.
Attentyon, ponaytte maychante !
Téthis

Avatar de l’utilisateur
Messages : 3895
Géo : De passage chez les cathares

Dim 18 Juil, 2010 15:54

Merci pour ces deux réponses.

Concernant l'Adullact, je peux toujours essayer de les contacter pour leur demander des conseils mais je ne pense pas qu'ils me soient d'une aide pour trouver des financements car ils semblent qu'ils ne travaillent qu'avec le secteur public. En effet, à part pour la "beauté du geste", il n'y a pas de raison que le secteur public finance le développement d'un projet destiné exclusivement au domaine privé (en tout cas, je n'ai jamais entendu parlé d'un bureau d'études structure public).
Encore que... Je viens de faire une recherche et j'ai trouvé un bureau d'études privé travaillant avec des outils libres (http://ossature-libre.fr/) et un début de projet de l'état pour les calculs selon les eurocodes (SCILAB-EUROCODES). Peut-être finalement que l'état pourrait être un bon financeur ?

Pour Zenitram, effectivement, ça a l'air prometteur car il semblerait qu'il ait trop de travail pour lui seul. Je le contacterai par la suite.
Mais pour le moment, je vais éviter de multiplier les threads et quand Framasoft n'aura plus rien à dire, je pourrai continuer la conversation sur DLFP :)
Je pense qu'effectivement ça serait bien de ne pas partir de rien et d'après une base de logiciel à présenter mais si j'arrive à trouver quelques fonds, je ne serai quand même pas contre (même si d'après ce que tu dis, ça risque d'être assez dur).

Pour les SSLL, vous avez des noms ou il est préférable que je contacte des associations type APRIL ?
Si vous avez déjà vous même été dans mon cas, c'est à dire concevoir un logiciel sous licence GPL dès sa création (sans changement de licence), et que vous réussi à en faire un logiciel viable, n'hésitez pas à me faire part de vos conseils afin de mon aventure ne se solde pas par un échec au bout de 6 mois.

Ci-dessous l'étude de viabilité que j'ai effectué afin de la présenter prochainement à mon entreprise :

Modèle économique :
Court terme : Une recherche de bureaux d'étude intéressés par la réalisation de tels logiciels est nécessaire et cruciale. Sans financement, les logiciels en question ne pourront jamais être développés. L'idéal serait un groupement d'entreprises permettant ainsi d'avoir un capital prédéfini afin de pouvoir se consacrer sur un logiciel viable dans sa phase court terme. Il est très important que la phase « Court terme » soit la plus petite possible. En effet, la vente de service au client sera la principale source "fiable" de bénéfice.

A moyen terme : Les premiers versions du logiciel paraissent. Une campagne de diffusion auprès d'un grand nombre de bureau d'études est nécessaire afin de se faire connaître. Relancer les premiers bureaux d'étude n'ayant pas souhaités soutenir notre projet afin de leur montrer l'avancement et de leur signaler la possibilité de pouvoir toujours investir. Dans ce cas, il est important de signaler qu'avec leur aide financière, le logiciel continuera à se développer en prenant en compte leur besoin spécifique. Ainsi, la vente de service au client prend progressivement part sur le développement pur du logiciel.

A long terme : le logiciel devient mature, la principale source de revenu devient alors :
- le service après-vente
- le déploiement des logiciels dans le parc informatique de l'ensemble de l'entreprise
- le développement de logiciels ou de fonctionnalités proche du logiciel de base actuel à la demande du client.
Peut-être certaines entreprises souhaiteraient utilisées un ou plusieurs logiciels dans leur application propriétaire. Cette utilisation étant interdite par la licence GPL, il pourrait alors être possible de vendre la source sous licence LGPL (Lesser GPL) qui autorise l'intégration d'application sous licence GPL dans des applications propriétaires mais oblige toujours à publier les modifications faites au logiciel de base.
C'est dans cette phase que le modèle économique devient viable. Le développement du logiciel continue mais il se crée en parallèle un service au client qui doit être maximal. En effet, comme le développement du logiciel est presque gratuit, il est important de vendre sa main d'oeuvre au client au juste prix (celui qui permettra de payer son service mais également celui du développement du logiciel).

Nature des logiciels :
Ils ne s'agit pas pour l'instant de concevoir des logiciels tels que Robot ou Effel. En effet, ces logiciels demandent des années de conception pour des équipes de plusieurs dizaines de programmeur. L'objectif est principalement de développer des logiciels de taille plus réduite et plus spécialisé comme, principalement, le calcul selon les Eurocode (qui représente plusieurs dizaines de milliers de pages). Le choix principal des Eurocode se base sur le nombre de bureaux d'étude qui pourrait être intéressé par des applications libres. En effet, les Eurocode sont obligatoires depuis le 1er avril 2010 dans tous les pays les ayant adoptés à savoir : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse , représentant ainsi un marché pouvant être extrêmement important si le logiciel se popularise.
mrbonheur

Messages : 6

Mar 09 Nov, 2010 10:11

Au fait, le coût de la maintenance est un argument qui peut avoir du point pour tes premiers financeurs : si tu leur expliques qu'un logiciel coûte aussi cher à maintenir qu'à développer, ils comprendront plus facilement leur intérêt à partager les coûts.
Mben
Veni, Vidi, Libri — Diffuseurs de Licences Libres
http://venividilibri.org
http://mben.fr
ben_san

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1054
Géo : Paris

Mar 18 Jan, 2011 23:43

Merci pour ce petit conseil.
De mon coté, je viens de passer à plein temps sur le développement de ce logiciel. Je vous tiendrai au courant de l'avancement du projet (démarche entreprise, et avancement du logiciel, ...) si ça intéresse du monde.

Cordialement,
mrbonheur

Messages : 6

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit