Nous sommes le Sam 16 Jan, 2021 13:49
Supprimer les cookies

Page 2 sur 2Précédent 1, 2Libre mais pas gratuit ?!

Lun 04 Sep, 2006 20:04

Ça me fait toujours un drole d'effet d'entendre parler de cette notion commerciale.

On passe notre temps (ou presque) à surfer sur du logiciel libre et gratuit : Linux Apache MySQL et Php... bref.

Pour la NC des CC se pose toujours le problème de "qui" veut vendre. Si on dit 'universal(e)' on dit 'scandale' si on dit 'societal' on dit 'normal'. Interdire la vente c'est condamner l'oeuvre à des décénies d'errance dans la zone grise de l'édition puis dans l'oubli total du domaine public. En effet une oeuvre (surtout littéraire) sauf cas particulier ne "fonctionne" que quelques années, l'auteur qui a décider de la NC peut alors s'assurer (pense t il) qu'on le spoliera pas. Il écrit donc son oeuvre à l'age de 30 ans en 2006 et peut bénéficier alors d'un approt financier grace à elle pendant 5 ans, jusqu'en 2011. Puis l'oeuvre sombre peu à peu dans l'oubli et plus personne ne l'achete, donc plus de mane, elle est juste dispo sur le web en OOo.

L'auteur meurt hélas à 40 ans en 2016. L'oeuvre ne tombera alors dans le D.P qu'en 2086, 70 ans après la mort dudit auteur. Je tombe sur l'oeuvre en 2017, et je me dit 'superbe oeuvre' je vais la mettre sur InLibroVeritas avec le sytéme de création de livre à la carte, livre que je vends... et bien je ne pourrais pas, car les ayants droits ne sauront pas quoi faire.

Même histoire sans la clause NC...

Qui je vais choisir ? qu'elle oeuvre aura le plus de chance de perdurer ?

M'enfin bon, au moment du choix, chacun est libre :wink:
Gérant & Fondateur de InLibroVeritas
www.inlibroveritas.net
Editeur de la collection Framabook
boogieplayer

Messages : 780

Lun 04 Sep, 2006 21:24

boogieplayer a écrit:Ça me fait toujours un drole d'effet d'entendre parler de cette notion commerciale.
On passe notre temps (ou presque) à surfer sur du logiciel libre et gratuit : Linux Apache MySQL et Php... bref.
Pour la NC des CC se pose toujours le problème de "qui" veut vendre.

Excellent.
A mon avis -tout le monde/chacun- souhaite "vendre".

boogieplayer a écrit:Si on dit 'universal(e)' on dit 'scandale' si on dit 'societal' on dit 'normal'. Interdire la vente c'est condamner l'oeuvre à des décénies d'errance dans la zone grise de l'édition puis dans l'oubli total du domaine public.

Il ne s'agit pas d'interdire la vente, mais d'autoriser la liberté de sa vente moyennant finance.
Le domaine public est un acte de contrition, cela n'est permis qu'aux joyeux donateurs riches depuis longtemps ou bien aux "fous". :wink:

boogieplayer a écrit:En effet une oeuvre (surtout littéraire) sauf cas particulier ne "fonctionne" que quelques années, l'auteur qui a décider de la NC peut alors s'assurer (pense t il) qu'on le spoliera pas. Il écrit donc son oeuvre à l'age de 30 ans en 2006 et peut bénéficier alors d'un approt financier grace à elle pendant 5 ans, jusqu'en 2011. Puis l'oeuvre sombre peu à peu dans l'oubli et plus personne ne l'achete, donc plus de mane, elle est juste dispo sur le web en OOo.
L'auteur meurt hélas à 40 ans en 2016. L'oeuvre ne tombera alors dans le D.P qu'en 2086, 70 ans après la mort dudit auteur. Je tombe sur l'oeuvre en 2017, et je me dit 'superbe oeuvre' je vais la mettre sur InLibroVeritas avec le sytéme de création de livre à la carte, livre que je vends... et bien je ne pourrais pas, car les ayants droits ne sauront pas quoi faire.
Même histoire sans la clause NC...
Qui je vais choisir ? qu'elle oeuvre aura le plus de chance de perdurer ?
M'enfin bon, au moment du choix, chacun est libre :wink:

Je ne comprends pas ce scénario en apparence catastrophique. Faites-moi un dessin.
Rappelez-vous que vous parlez à un profane de l'édition.
Toutefois il me semble que le testament permet de conserver une oeuvre libre dans le domaine libre, commercialement ou gratuitement parlant.


--
Pschitt
Pschitt

Messages : 7

Lun 04 Sep, 2006 22:37

Le domaine public n'est pas un acte de contrition, ou quoi que ce soit d'autre, c'est un aspect légal d'une oeuvre. 70 ans après la mort de l'auteur la ou les oeuvres tombent dans le domaine public, c'est à dire qu'on peut en faire ce qu'on veut sans dénaturer la ou les oeuvres, et en citant l'auteur. C'est la loi, y'a rien d'autre techniquement, je n'entre pas volontairement dans l'aspect plus philosophique.

Là où vous vous trompez c'est que tout le monde ne souhaite pas vendre son oeuvre, beaucoup souhaite AVANT tout les donner, exemple www.jamendo.com ou www.inlibroveritas.net J'ai pour ma part des oeuvres en licence art libre que vous pouvez si vous le voulez vendre pour moi. Bon courage !

la clause NC des CC, ou plus bêtement finalement le copyright est une vraie galère. Aujourd'hui je ne peux pas éditer sur InLiborVeritas des oeuvres qui sont trop vieilles pour être encore vendues dans le circuit classique ou trop jeunes pour être dans le domaine public. J'ai même le cas d'un auteur mort depuis ~30 ans dont on retrouve pas les ayants droits, total et conclusion je ne peut rien faire de l'oeuvre. Y'a plus que quelques collectionneurs et la bibliothèque nationale qui posséde l'oeuvre, et moi... je voudrais bien vous la faire partager mais je ne peux pas. Si l'auteur n'aivait pas mis de clause NC (bon j'exagère hein, c'est du copyright, mais c'est pour l'exemple) j'aurais pu le mettre sur ILV et en vendre un livre par an. Je ne peux pas.

Je suis éditeur, je ne peux pas donner les livres, je dois les vendre, mais y'a rien d'incompatible avec le problème commerciale. D'ailleurs c'est un faux problème.

Le vrai et unique problème c'est la qualité de l'oeuvre. Combien de fois j'ai lu des oeuvres qu'on m'avait envoyé pour édition à compte d'éditeur, et connaissant ILV de préciser qu'on voulait des NC. Quelle prétention, j'aurai même pas eu le courage de les donner.

Mais ce n'est que mon humble avis et n'engage que moi. :wink:
Gérant & Fondateur de InLibroVeritas
www.inlibroveritas.net
Editeur de la collection Framabook
boogieplayer

Messages : 780

Mar 05 Sep, 2006 16:24

Bonjour boogieplayer,

Merci pour cette réponse.
J'ai (un peu) visité votre site, à la fois par une curiosité dont je suis friand, et par obligation vis à vis de notre échange.

Tout d'abord je me permets de vous dire que je le trouve très bien fait. Il frise la perfection dans tous les domaines. Je ne trouve rien à y reprocher, ni rien à y ajouter. Contenu, présentation, technologie, esprit et originalité, attente/bas débit ... Chapeau! Je bave d'envie d'avoir un jour un site comme le votre.

Ce que je retiens de ma visite
- nombreux sont les auteurs plébiscités qui ont choisi, comme je compte le faire, la licence CC avec l'option NC.
- je peux lire Darwin, Georges Sand ou Descartes ainsi qu'une foultitude d'auteurs originaux, librement et gratuitement en ligne.

boogieplayer a écrit:Là où vous vous trompez c'est que tout le monde ne souhaite pas vendre son oeuvre, beaucoup souhaite AVANT tout les donner, exemple www.jamendo.com ou www.inlibroveritas.net J'ai pour ma part des oeuvres en licence art libre que vous pouvez si vous le voulez vendre pour moi. Bon courage !

A part le sentiment purement personnel (mais que je soupçonne présent plus ou moins consciemment en chacun de nous) que la diffusion gratuite sert de couverture au souhait, ô combien égoïste et intéressé, mais ô combien juste, d'obtenir une publicité ouvrant la porte à la rémunération morale ou financière, je n'envisage pas de devenir un commercial de l'âme ou du fric.
Tout ce que je demande c'est que mon oeuvre, lorsqu'elle naîtra, obtienne une reconnaissance morale auprès des lecteurs de libres gratuits (l'applaudimètre sera ma nourriture) ainsi qu'une reconnaissance financière auprès de ceux qui ont compris que gagner sa vie par son travail est une réalité contemporaine.

boogieplayer a écrit:la clause NC des CC, ou plus bêtement finalement le copyright est une vraie galère. ... [snip] ... Si l'auteur n'aivait pas mis de clause NC (bon j'exagère hein, c'est du copyright, mais c'est pour l'exemple) ... [snip] ...

Je veux souligner que l'option nc (non commerciale) n'empêche pas la diffusion libre ET gratuite. De plus je suis vivant, en bonne santé, ne comptant pas mourir dans l'immédiat. Je sais que l'avenir est capricieux, mais bon, c'est dur de se faire à l'idée qu'on va mourir pauvre et que d'autres pourront en tirer un bénéfice.:shock:
D'ici que j'arrive à la tombe et que je rende l'âme, je compte bien utiliser mes compétences pour vivre.

boogieplayer a écrit:Je suis éditeur, je ne peux pas donner les livres, je dois les vendre, mais y'a rien d'incompatible avec le problème commerciale. D'ailleurs c'est un faux problème.
Le vrai et unique problème c'est la qualité de l'oeuvre. Combien de fois j'ai lu des oeuvres qu'on m'avait envoyé pour édition à compte d'éditeur, et connaissant ILV de préciser qu'on voulait des NC. Quelle prétention, j'aurai même pas eu le courage de les donner.

Voilà une pensée qui a le mérite d'être franche. Il va de soi que l'oeuvre sera reconnue en fonction de son succès ou de son échec dans les faits. Sachant que l'homme est doué d'anticipation, prédiction ou prévision, ainsi que spéculation, l'éditeur aura son mot à dire quant à l'intérêt spirituel ou commercial.
Comme vous, et aKa, je pense que l'argent n'est pas le problème. Perso, je pense que ce n'est pas non plus un obstacle à la culture libre. Au contraire, c'est un moteur parmi tant d'autres pour promouvoir cette culture.

Pschitt.
Pschitt

Messages : 7

Ven 15 Sep, 2006 18:53

Pschitt a écrit:Supposons,
je télécharge gratuitement le livre libre et je le vends. Ce mois-ci j'en vends 150.
Je ne dois rien à l'auteur ?
Si tel est le cas au nom de quelle liberté ?

Supposons encore,
Une grande maison d'édition reprend et publie ce livre librement en quantité importante, à un prix bien inférieur à 13 €.
Rien pour l'auteur ?

Pensant aujourd'hui que 'tout travail mérite salaire', ma question est donc :
Que prévoient, financièrement parlant, les licences *livres libres* quant aux droits d'auteurs (royalties) touchés(ées) en contrepartie d'une liberté de reproduction et diffusion commerciale ?
--
Pschitt


Bonjour,
ignare, débutant, nombreux sont les qualificatifs que je puis endosser sur le sujet du "libre". :?
Cependant, une petite remarque introductive : pourquoi ai-je basculé du côté de la face obscure ? :twisted: Tout bêtement parce que je n'avais plus les moyens d'aligner les centaines d'euros que quelques multinationales nous extorquent pour avoir le simple droit de nous cultiver, de nous informer et de communiquer. Je ferme la parenthèse.
Voici simplement ma réaction de bénévole dans un réseau d'associations d'éducation populaire. :|
Nous faisons ce que nous faisons simplement pour partager nos connaissances, nos savoir-faire, nos passions, nos valeurs avec le plus grand nombre de 3 à 103 ans ! Et à aucun moment n'intervient pour nous la notion d'argent, de rétribution, de salaire.
Non je ne suis pas un doux rêveur : j'ai dirigé une association de nombreuses années comportant 6 salariés, j'ai été vice président d'un fédération départementale (150 salariés, 2,5 M€ de budget). Mais nous sommes nobreux à agir comme ça sans rétribution. Pour le plaisir de donner.

Pour moi, mais je peux me tromper du tout au tout, c'est ce que je ressens dans le "libre". Bien au-delà des questions d'argent la belle et simple volonté de partager. :D

Alors bien sûr, si votre conviction profonde n'est pas là, allez voir ailleurs ça sera aussi bien pour tout le monde. Ce n'est ni une critique ni une insulte mais le simple constat d'une divergence de base qui ne fera qu'introduire une polémique stérile dans nos débats.
Amicalement
Michel
PS : encore bravo pour Framabook et longue vie au libre
Michel Boisseau

Messages : 1

Sam 16 Sep, 2006 19:55

J'aimerais bien faire un livre sur les logiciels libres, mais je ne maîtrise que Gimp, Inkscape et Scribus suffisament pour pouvoir dire que je ferai un livre... Gimp ça existe déjà et Scribus a déjà été débattu, Inkscape, why not ?
A mon sens, si je fais ce livre, c'est pour inciter les gens à utiliser ces logiciels que moi même j'utilise. Pour ce faire, quoi de plus simple que d'autoriser n'importequi à modifier/redistribuer (et revendre) mon oeuvre ?
Au final, si une multinationale reprend mon livre sans me donner de sous, c'est que c'est un succès, donc que l'application que je veux faire découvrir va avoir du succès et donc elle subira des améliorations... au final, je ne suis gagnant en tant qu'utilisateur final du logiciel que j'aime. J'aurai aidé le logiciel en dépit de mes lacunes de codage.
Mes deux centimes...
FrihD

Messages : 615

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit