Nous sommes le Mar 11 Août, 2020 04:44
Supprimer les cookies

Le Libre, ce que je suis, ce que j'en fais...

Le Libre soulève de nombreuses questions, notamment sur la vente liée, les verrous numériques, les libertés numériques.., Parlons-en avec écoute et respect de l'autre.

Mer 15 Juin, 2005 06:58

Sauf à avoir le temps de séparer patiemment le bon grain de l'ivraie sur linuxfr, le site de la communauté francophone qui nous donne le plus matière à réflechir en ce moment c'est bien Libroscope dont le dernier article pose une simple question qui est loin d'être une question simple.

Libre academy : statut ou compétence ?

Ce qui fait notre valeur en société, est-ce qui nous sommes ou ce que nous faisons ? Ou bien, pour poser la question autrement : préférez-vous les humoristes ou les gens qui vous font rire ?

Savoir être ou savoir faire ? Telle est la question.

Dans le monde prétendument rationnel de l’entreprise commerciale, on rémunère des informaticiens sur la base de leur diplôme et de leurs années d’expérience sur une « technologie » tout en sachant que la compétence est indépendante de ces deux facteurs.

Dans le monde du logiciel libre, où l’on ne sélectionne pas les contributeurs sur de tels critères, on avance souvent aussi vite que les entreprises d’édition de logiciels.

Quand le monde paraît irrationnel, c’est soit qu’il l’est, soit qu’il existe des règles simples que l’on n’a pas vues. Nous proposons ici une explication simple : le développement de logiciels libres (en grande partie hobbyiste) se fait sur un mode coopératif souvent basé sur la compétence, alors que le monde professionnel préfère le statut. Ceci peut avoir des implications sur les relations entre logiciel libre et sociétés commerciales [...]
aKa

Messages : 7721
Géo : Roma

Mer 15 Juin, 2005 07:40

Interessant, comme la plupart de leurs articles.

J'aurais juste une critique sur l'exemple de Webct95 (ou tout autre LL ayant même cause et effet, à savoir produire volontairement un code source illisible de premier abord pour décourager les nouveaux entrants, mais le présenter comme "libre" pour s'attirer les faveurs des subventionneurs).

Effectivement, cépabien, voire ça va à l'encontre de la culture du libre.
Mais je crois qu'il faut rester dans un raisonnement simple (j'ai pas dit simpliste, hein) : mieux vaut un soft au code source ouvert (même imbitable, si vous me passez l'expression (non ?, tant pis : trop tard)), qu'un soft propriétaire.

Dans le second cas, vous êtes captif de l'editeur, mais dans le premier cas, vous êtes captif de votre (in)compétence.
Vous pouvez embaucher vos propres ressources de développement (de l'ingé confirmé à l'équipe de stagiaires, puisqu'on parle de statut en entreprise), avec un code source ouvert ET des compétences (indépendantes du statut, on est d'accord là dessus), vous pourrez acquérir une connaissance suffisante du logiciel pour ne plus en être captif.

"Ah oui, mais ça coute cher, ça prends du temps, et on restera toujours moins compétitif que l'editeur, qui aura toujours un train d'avance"
Ben oui, et alors.
Personne n'a dit (et surement pas libroscope) que le libre etait gratuit.

Allez, puisque je suis là :
Restent des questionnements d’avenir :
- certains projets se professionnalisent (Mozilla, OpenOffice.org) en adoptant une structure hiérarchique, est-ce que ça a vraiment des chances de rester fidèle à la culture du libre ?

La "root culture" ? ;) Surement pas.
Mais bon, "n'ayez pas peur, ne soyons pas frigides" ((c) un type sorti par la petite porte) : laissons de nouvelles forme de cultures libres emerger. La root culture est bien installée et protégée, si les nouveaux systeme réussissent, tout le monde y gagnera, s'ils echouent, on aura certes perdu du temps, mais pas forcément de la crédibilité.

- qui doit représenter les intérêts du libre à l’extérieur de ses communautés ? Ceux qui se décrètent ses porte-parole ou n’importe quel individu qui y contribue ?

Les porte-paroles choisis par ceux qui y contribuent ?

- le libre doit-il se rapprocher des entreprises pour gagner en « qualité » ?

Bonne question, je ne sais pas.
J'ai envie de retourner la question : "les entreprises doivent-elles se rapprocher du libre pour gagner en rentabilité ?"
Du moment que c'est gagnant-gagnant....

Enfin, tres bon article (même si Max Weber doit se demander ce qu'il fait là ;) ), merci aKa pour l'url.
*Nouveau venu ? Lisez les règles d'utilisation de ce forum
*Une question à poser ? Assurez vous qu'on vous répondra
*Soutenir Framasoft ? Participez à l'annuaire !
*"T'es où ?" Inscrivez vous sur la FramaMap
pyg

Avatar de l’utilisateur
Messages : 7858
Géo : Lyonnais

Mer 15 Juin, 2005 08:52

Dans le monde prétendument rationnel de l’entreprise commerciale [1], on rémunère des informaticiens sur la base de leur diplôme et de leurs années d’expérience sur une « technologie » tout en sachant que la compétence est indépendante de ces deux facteurs.

Dans le monde du logiciel libre, où l’on ne sélectionne pas les contributeurs sur de tels critères, on avance souvent aussi vite que les entreprises d’édition de logiciels.


Je m'en très bien compte avec mon cas particulier ...

J'ai le tort d'habiter en "campagne" dans le Lot-et-Garonne, d'être autodidacte, de n'avoir comme diplôme qu'un BEP et même pas en Informatique ...
Résultat, malgrès quatre ans d'expérience, je galère pour trouver un boulot, et encore plus un boulot intéressant.

A contrario, côté LL, et je dirais même mouvement Libre, je me suis bien impliqué, que ce soit dans le développement web (où ceux qui me connaissent et voyent mon "boulot", reconnaissent que j'ai un code très propre, très structuré que ce soit en PHP ou XHTML, CSS) voire mon Diaporama, ou que ce soit dans la Culture Libre, où je promeus et défend ces valeurs...

Malheureusement, ces expériences en dév web (je suis loin de savoir tout, et savoir tout faire, c'est sûr) ou cette expérience LL en général, je peux difficilement l'a crédité dans le monde professionnel.
Le patronat s'arrête au stric fait que je n'ai PAS de diplome, quelque soit mon expérience.

On fait quoi ?!
Ca montre toute la dualité de cette réalité.
J'apprècie ce que je fais pour la communauté, mais ce n'est pas ca qui m'aide à vivre financièrement. J'aimerais que cela le soit.
Et, je ne dois pas être le seul à vivre cette ambiguité. :|

Ca va loin, même, puisque je suis entrain de me renseigner pour une VAE - Validation d'Acquis d'Expérience -, et la personne que j'ai eu ne prenais même pas en compte, ou si peu, ces acquis-là ; alors que c'est censé, aussi, être validable ! :(
:-: Auteur Libre::EsteBaN-Hache.net :-:
:-: ecrits.net (LAL, GNU/FDL) :-:
PengouinPdt

Messages : 256

Mer 15 Juin, 2005 12:08

Bonjour,

Une partie de la réponse se trouve dans les posts de pyg et pingouinpdt. A savoir que certaines limites ne seront pas dépassables du fait de notre organisation sociale, institutionnelle et scolaire.

Démonstration schématique et qui ne conviendra pas à tout le monde mais une certaine forme de réalité est liée quoiqu'on en dise :

-D'une part, ceux qui ont suivi un cursus scolaire ou autre pour devenir informaticien par exemple. Ceux, celles-là auront une meilleure intégration quel que soit le domaine : statut et/ou compétence dans le libre et/ou ailleurs. L'informatique est devenue tellement importante que les informaticiens peuvent presque se permettre tout ce qu'ils veulent y compris une organisation non conventionnelle comme le libre. Parce que ce n'est pas le modèle d'organisation qui compte mais le résultat, le programme.

-D'autre part, les autres, c'est à dire pingouinpdt et moi-même, on bidouille mais à moins d'être reconnu officiellement comme "génie de l'informatique" il ne faut pas se faire d'illusion, il n'y aura pas de transformation d'une compétence en statut. Et c'est d'ailleurs ce que nous cherchons tous à faire : transformer une compétence en termes de statut parce que c'est ce qu'il nous manque et que le projet du libre peut être une bonne opportunité de...

Le problème, selon moi, est lié aussi à la démarche du libre qui invite à plonger dans le code, démarche très pédagogique et qui donne une certaine compétence ou l'impression d'en avoir une. C'est le revers. Exemple : du jour au lendemain où j'ai installé linux sur une machine ; pour beaucoup de mes amis je suis passé au statut de "hacker" patenté alors que tout le monde sait ici que ce n'est pas vrai. Installer une distribution linux ne requiert pas de compétences particulières hormis lire un peu.

Tout le monde voulait que je vienne réparer ses petits problèmes d'ordinateur alors que je n'en suis pas capable mais comment le faire comprendre quand les termes de libre et de linux sont autant attachés à une certaine compétence en informatique ? Le plus gros travail aura été de lutter contre cette "aura" et de la casser en conséquence. [D'un autre point de vue : c'est reconnaître l'énorme effort accompli par les programmeurs en direction de l'utilisateur final. L'interface graphique a plus vite évoluée que l'aura qui l'accompagne...] Je peux prendre exemple sur framasoft, à part répondre autour des questions concernant nvu et le tuto que j'ai écrit, ma foi je ne sais pas faire grand chose ; de temps à autre je réponds ailleurs, histoire de voir où j'en suis.

Retournons au domaine de la professionnalisation. Quelle que soit la compétrence, un statut sera demandé en fonction parce que nous fonctionnons ainsi et pas autrement. Qunad je vais présenter un projet, j'aurai beau dire je sais faire cela mais si je n'ai rien qui vienne le prouver, ce sera difficile de le faire passer. La V.A.E ? Mais il faut déjà travailler dans le monde dans lequel on prétend avoir ces compétences (3 ans au minimum) !

En conséquence soit on a un peu de chance et on s'intègre dans un projet libre connu qui lui viendra donner un équivalent du statut (exemple, je participe à SPIP en ayant créé un module spécifique qui apporte telle fonctionnalité.) soit on prend appui sur ces connaissances glanées ici et là mais pour les intégrer dans un autre projet. Exemple : le travail de l'auteur du site alsacréations [design web, HTML, CSS, PHP) qui a aboutit à l'élaboration d'un livre sur le design web avec HTML et CSS. On est plus tout à fait dans le monde du libre mais on s'appuie sur le modèle (le bouquin est inspiré par les articles mis à dispositions sur le site). Autrement dit, c'est par le biais d'un projet externe qu'est contourné le problème statut/compétence en ce sens que c'est le projet externe [une compétence développée] qui va donner une réalité plus tangible au statut.

Affaire à suivre donc...
1 : funsun --> 2 : f1s1 --> 3 : (fs)1 --> 4 : ?
fun sun

Messages : 297
Géo : périgueux

Mer 15 Juin, 2005 12:36

Malheureusement, ces expériences en dév web (je suis loin de savoir tout, et savoir tout faire, c'est sûr) ou cette expérience LL en général, je peux difficilement l'a crédité dans le monde professionnel.
Le patronat s'arrête au stric fait que je n'ai PAS de diplome, quelque soit mon expérience.


C'est aussi une question de société en général et la société française est basée sur le diplôme. J'ai pu constaté, par exemple en Angleterre, que l'expérience comptait beaucoup plus que les diplômes affichés. Cela dépend aussi du domaine concerné. Certains milieux professionels sont beaucoup plus axés sur l'expérience que sur la formation. Il n'y a malheureusement pas de juste milieu.
kaneda_aka_tetsuoka

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1749
Géo : Lille

Mer 15 Juin, 2005 15:15

pyg a écrit:Interessant, comme la plupart de leurs articles.


C'est trop d'honneur. ;) Pour info, celui-ci a mis 6 mois pour être accouché. Je me foruvoie parfois et manque souvent de discernement au premier jet. Travailler à plusieurs dans de bonnes conditions est vraiment une expérience unique :
- en terme humain ;
- en terme de démultiplication des capacités ;
- en terme de résultat.
Il y a que dans le logiciel libre que de telles expériences durables me sont arrivées. Je crois que le libre choix des gens avec lesquels on travaille et le plaisir sont deux facteurs bien supérieurs au statut et au salaire pour avoir un résultat en groupe ;)

pyg a écrit:J'aurais juste une critique sur l'exemple de Webct95 (ou tout autre LL ayant même cause et effet, à savoir produire volontairement un code source illisible de premier abord pour décourager les nouveaux entrants, mais le présenter comme "libre" pour s'attirer les faveurs des subventionneurs).

Effectivement, cépabien, voire ça va à l'encontre de la culture du libre.
Mais je crois qu'il faut rester dans un raisonnement simple (j'ai pas dit simpliste, hein) : mieux vaut un soft au code source ouvert (même imbitable, si vous me passez l'expression (non ?, tant pis : trop tard)), qu'un soft propriétaire.


Commençons par oublier que le CG 95 (coloré à droite) pouvait utiliser SPIP agora plus politiquement correct que SPIP, ZOPE, Lutèce (développer par une mairie de gauche malheureusement) pour faire *exactement* la même chose. Je ne vois déjà pas l'intérêt de faire un mauvais fork (en terme de code et d'utilisabilité, de stabilité du code et de maintenabilité) de choses qui existent déjà à part se ridiculiser. Mais bon, on oublie cet aspect.

Utiliser un code imbittable et fortement suggérer les sociétés qui ont le droit de toucher au code c'est quand même vérouiller le marché. Surtout, que les conditions de captivité sont fortes : si moi mairie de trifouillis les oies je veux de subventions pour faire un site web je n'aurais le droit aux subventions pour :
- l'hébergement et la maintenance du serveur ;
- le rédactionnel.
- le serveur
que si et seulement si je choisis leur solution qui implique presque d'avoir un des développeur de société indiquée pour me faire du code spécifique pour un nouveau déploiement. En plus la doc est assez ... bordélique (inexistante pour les développeurs) comparée à celle de spip par exemple.
http://forge.webct95.org/guidesutilisateurs/index.html#

Liberté d'accès au code oui, mais liberté de modification de ce code dans les faits moins. Si la liberté de modification est remise en question, est-ce libre ?

Dans ce cas, mettre le code sous licence libre c'est un peu essayer de gagner du statut, mais leurs actes sont plutôt à l'opposé. Alors faut-il juger ce projet sur la licence du code ie. son statut, où sur les actes du CG (sa compétence) ?

J'ai mon opinion sur le sujet :) évidemment.

pyg a écrit:Dans le second cas, vous êtes captif de l'editeur, mais dans le premier cas, vous êtes captif de votre (in)compétence.
Vous pouvez embaucher vos propres ressources de développement (de l'ingé confirmé à l'équipe de stagiaires, puisqu'on parle de statut en entreprise), avec un code source ouvert ET des compétences (indépendantes du statut, on est d'accord là dessus), vous pourrez acquérir une connaissance suffisante du logiciel pour ne plus en être captif.


Le vérouillage par les subventions incite à choisir les développeurs parmi un choix restreints à ceux qui ont le statut de fournisseurs agréés :) Comme ils disent sur le site :
Le meilleur moyen de s'équiper d'un site à moindre coût est de faire appel à des entreprises spécialisées dans le déploiement de WebCT95.
et ils n'évoquent pas la possibilité de modifier. Vous remarquerez dans le CVS des versions par mairie : ça va être facile à maintenir.

Remarquez, ils ont intégré un fork de phpBB2 dans leur arbre :)
http://cvs.webct95.org/cgi-bin/cvsweb.c ... root=webct

En terme de maintenance, libre ou pas, on peut appeler ce truc une usine à gaz.

C'est du grand n'importe quoi en terme informatique (libre ou pas) : prétendre faire en 3 ans homme ce que d'autres projet ont fait avec le décuple d'effort voire plus c'est presque risible. Remarquez ils sont peut être exceptionnellement doué, c'est juste que ceux qui l'utilisent que sont épatés par la fréquence des bugs de la lourdeur du produit.

"Ah oui, mais ça coute cher, ça prends du temps, et on restera toujours moins compétitif que l'editeur, qui aura toujours un train d'avance"
Ben oui, et alors.
Personne n'a dit (et surement pas libroscope) que le libre etait gratuit.


Libroscope dira que si le CG du 95 avait donné la liberté de choisir de bon logiciel (libre ou pas) c'est encore mieux. Il y a des logiciels libres pourris, la meilleure chose qui puisse leur arriver c'est d'être oublié. Webct 95 appartient à cette catégorie à mon avis.

En tant qu'informaticien je ne crois pas à la balle en argent :le logiciel providentiel qui fait tout bien. Un bon logiciel est celui qui est adapté, car il n'y pas de «meilleur logiciel», il y en a juste certains qui conviennent mieux que d'autre et sont adaptés aux compétences présentes. Je suis tenté de dire : plus que des logiciels libres, ce qui importe c'est des Hommes libres :-)

Enfin, tres bon article (même si Max Weber doit se demander ce qu'il fait là ;) ), merci aKa pour l'url.


Pour rappeler que le sacré est l'origine même du modèle capitaliste. J'essaie de suggérer que finalement notre modèle de pensée moderne est plus un ensemble de superstitions auxquelles nous nous soumettons en les rationalisant, qu'un ensemble de réfléxions abouties.

Certains semblent considérer une une forte croissance comme un bon signe pour la société: notre bien être serait-il indexé sur la croissance ? Si oui les chinois nagent dans un bonheur à deux chiffres, et les opposants qui se prennent une balle dans la nuque sont justes des mauvais coucheurs.

Tout serait économique : quand j'aime une femme est-ce donc pour son pognon ? L'amour augmenterait-il avec le salaire ? Dans ce cas là on devrait interdire tous les mariages comme étant une forme de proxénétisme aggravé dans lequel l'état serait complice (aux moyens de déduction fiscale).

L'économie, notre pensée moderne sont à mon avis fondamentalement supersitieuses. Mais, je n'ai pas pour habitude de le dire explicitement car ça m'amuse de le penser et c'est tout.
http://libroscope.org le site des Femmes libres.
jul

Messages : 41
Géo : Pontoise (Vexin Français)

Lun 26 Sep, 2005 21:43

Etant un acteur du projet WebCT95, étant aussi un convaincu du libre, je ne peux pas ne pas répondre aux commentaires, trop à l'emporte pièce, portées sur WebCT95.
Je vais apporter des éléments nouveaux factuels à ce débat sur WebCT95.
Contrairement à ce que qui a été évoqué dans le débat, tTous les éléments d'informations que j'apporte ci-après sont vérifiables.
C'est vrai, je connais parfaitement ce dossier depuis sa naissance.

1- Gauche ou droite, telle n'est pas la question
Si l’on omet que le développement de Lutèce a débuté sous le mandat de Mr Tibéri (droite), Lutece n’était pas sous licence libre à cette la date du choix du titulaire du marché suite à l’appel d’offre du CG95.
Par ailleurs webct95 comprend des fonctions uniques que n’ont pas les autres produits cités:
- Géolocalisation et lien bi-directionnel objet géolocalisé et gestion de contenu
- Capacité de mutualisation de contenus (multi-sites)
- gestion de formulaires avec workflow
- extension de télé-services dit de bout en bout

2- Le code source développé par un consortium prestigieux de sociétés dont une SS2L !

Le CG 95 n'a pas commandé un logiciel à code imbittable. Ce fut un marché publique mené par un consortium de professionnels de référence dans le monde de l'open source dont une est même une SS2L de référennce. Alors ou la société fait n'importe quoi ou celui qui juge le code WebCT ne bitte rien à java !

Par ailleurs, la société RedHat a mené un audit et conclu à la qualité du code, cependant il est bien possible que cette application de grande taille soit difficile à appréhender pour un développeur PHP.
En ce qui concerne les subventions, elles ne sont pas liées au fait que le prestataire soit agréé. Par contre l’hébergement pris en charge par le Département ne concerne effectivement que les sites créés sur WebCT95, et ceci pour rationaliser les coûts : il n’est pas possible d’envisager héberger toutes les solutions techniques du marché sans augmenter les coûts pour le contribuable !

3- La documentation est à jour et est entièrement publiée

La documentation développeurs est disponible sur :
http://forge.webct95.org/docman/?group_id=5

4- WebCT95 est entièrement personnalisable

Il est vrai que c’est plus sécuritaire pour une collectivité de faire appel à une SSII qui connaît le produit et le maîtrise qu’une qui ne connaît pas, mais les collectivités sont libres de choisir la SSII qu’elles veulent car la subvention n’est liée qu’à l’usage de webct95, elles peuvent donc très bien prendre une société non-agréées par le CG.
WebCT95 est constitué de deux éléments : le back office qui gère les sites, et le front office qui est le rendu de chaque site pour les internautes. Il est normal que chaque ville ait son propre front office pour présenter sa propre identité. L’évolution du back office n’a pas d’influence sur les front office. Par contre la présence des front office dans le CVS permet aux autres développeurs de s’en inspirer et de gagner du temps, c’est le principe de la mutualisation.
L'objectif étant d'avoir des centaines de collectivités territoriales hébergées sur l'offre WebCT95 ! il faut donc une approche industrielle qui ne laisse rien au hasard.

5- WebCT95 intègre facilement des composants externes

PhpBB a été introduit initialement comme brique supplémentaire pour ne pas redévelopper des briques existantes ayant fait leurs preuves, ces briques sont indépendantes de la partie développée par le CG, elles sont d’ailleurs en cours de redéveloppement en java pour une meilleure intégration dans le back-office de webct95…

6- Des années-hommes de richesses pour la communauté du libre


Un retour sur investissement à faire pâlir beaucoup d'autres projets Open source. En plus sincèrement vous n'avez vu que l'épisode 1 sur les 6. Je peux parler de ce qui se préapre en (portail JSR 168, jsr 170, jsr 223( inconnu en php), télé-services, fonctions de prise en charge réseau... je parierai qu'il ça faire du bruit. En fait pour info tout ce que je viens de dire est en production sur des sites pilotes de plusieurs villes du valdoise.

je pense avec beaucoup de respect pour la communaité Php, que php 4 ne peut tout simplement pas gérer autant de complexité.

D'ailleurs d'où sortez-vous ces 3 années x hommes ?

7- Plus de 60 Collectivités sous en production sous WebCT95, et de nouveaux CG l'adoptent

Oui, c'est vérifiable, 60 Collectivités sont déjà en production sous WebCT95.

Les communes valdoisiennes ne sont pas particulièrement stupides : avant d’adhérer au programme webct95, elles questionnent leurs collègues.

Tous les mois il y de nouveaux adhérents. C'est parfiatement vérifiable.

En plus il y a eu l'adésion récemment de la préfecture du val d’oise, le CG 38 pour partie, le CG33 également… comme quoi le produit est certainement nul et lourd à utiliser !!!

8- D'abord ils vous ignorent, après il rient de vous et ensuite vous gnagnez

C'est Gandi qui a dit ça.
WebCT est dans la phase ou certains finissent d'en rire. D'après GANDI, la phase d'après c'est la victoire. La victoire sur tous les éléments pour réussir un beau projet Java et le mettre à la disposition de la communauté du libre. Vraiement ! Je connais le patron de ce projet et je sais que c'est son seul Grand Objectif Ambitieux !
une presque conviction que votre avis s’est forgé sur ce que vous avez pu en lire sur libroscope sans vérification de votre part… ! c'est très domage...

9- La liberté, c'est aussi dans la démocratie

Ce qui est bien dans webct95, c’est que toutes les spec ont été faites avec des communes et les outils font l’objet d’expérimentation, de retour d’expérience, d’industrialisation des outils comme des prestations à réaliser pour déployer ces mêmes outils, que le produit a un club utilisateurs avec vote bi-annuel d’un plan d’évolution financé par le CG (1 collectivité = 1 voix) ; merci de nous signaler les autres produits open source qui fonctionnent comme celà

10- Pour hausser le drapeau du libre, les voies sont multiples

Le modèle open source proposé par le CG 95 a ceci de différent du modèle traditionnel que le CG 95 a tout financé (à des sociétés de référence sur la place française) et qu’il garantit (ne serait-ce que pour les collectivités valdoisiennes qui lui ont fait confiance et pour lui-même car le CG 95 utilise les mêmes outils pour son propre compte) la maintenance et l’évolutivité de la solution.
La plate-forme WebCT95 a donc plus de chance d’être pérenne que si elle était gérée par un groupe de bénévoles mêmes de très haut niveau…comme ça a l'air d'être le cas sur ce forum.
HGU

Messages : 2

Mer 28 Sep, 2005 06:55

Désolé de réécris le dernier paragraphe en bon français. Il faut lire :

10- Pour hausser le drapeau du libre, les voies sont multiples

Le modèle open source proposé par le CG 95 a ceci de différent du modèle traditionnel :
- le CG 95 a tout financé (conception, développement, tierce maintenance applicative, etc. et ce à des sociétés de référence sur la place française);
- Le CG 95 garantit (ne serait-ce que pour les collectivités valdoisiennes qui lui ont fait confiance et pour lui-même car le CG 95 utilise les mêmes outils pour son propre compte) la maintenance, la pérennité et l’évolutivité de la solution.
- La plate-forme WebCT95 possède plus de chance d’être pérenne que si elle était gérée par un groupe de bénévoles mêmes de très haut niveau…comme ça a l'air d'être le cas sur ce forum.
HGU

Messages : 2

Mer 28 Sep, 2005 11:47

Pour l'instant je répond au point 2 la suite viendra.

2- Le code source développé par un consortium prestigieux de sociétés dont une SS2L !

Le CG 95 n'a pas commandé un logiciel à code imbittable. Ce fut un marché publique mené par un consortium de professionnels de référence dans le monde de l'open source dont une est même une SS2L de référennce. Alors ou la société fait n'importe quoi ou celui qui juge le code WebCT ne bitte rien à java !

Par ailleurs, la société RedHat a mené un audit et conclu à la qualité du code, cependant il est bien possible que cette application de grande taille soit difficile à appréhender pour un développeur PHP.


"consortium presitigieux, java, Conseil Général, professionels, SS2L de référence, Red Hat."

Tout cela ne sont que des incantations à des logiques de statut/de représentation, vos propos illustrent justement l'article : Libre-academy-statut-ou-competence

Ce qui semble vous importer ce n'est pas ce qui est fait (la compétence), mais le statut des personnes qui le font.

Et vous en arrivez logiquement à la conclusion que :
si on utilise pas du java, et que l'on se contente de php (java étant considéré comme propre et php comme un langage de bricoleur) on ne peut alors pas comprendre la beauté de votre oeuvre qui apportent moults fonctionnalités plus ésotériques les unes que les autres : gestion de workflow, geolocalistaion (c'est sur connaître la lattitude/longitude du serveur c'est important pour pouvoir le retrouver quand vous arrivez au netcenter avec votre GPS), multisite...
Je serais taquin, ce que vous me décrivez : ajout de fonctionnalités accessoires qui augmentent encore la complexité du code et l'utilisation d'un langage peu courant, j'appelerais ça une usine à gaz

comme vous dites
cependant il est bien possible que cette application de grande taille soit difficile à appréhender pour un développeur PHP.

(je ne rappellerais pas les études qui disent que bug et coût de maintenance sont linéairement liés à la longueur du code et que java est considéré comme 2 fois plus verbeux que PHP. Vous avez donc mécaniquement augmenté les coûts de maintenance et de développement)

Est-il nécessaire d'avoir une application de grande taille, que peu de personne ont les compétences à modifier alors qu'il existe des solutions plus simples à mettre en oeuvre qui satisfont 80% des besoins possibles et 100% des besoins essentiels ?
Est ce que les Y% d'efforts supplémentaires valent les X% de TOC supplémentaires qu'ils vont engendrer ?

Que le code soit grand, dans un langage peu employé hors SSII (le java) ne va pas forcément aider les utilisateurs à se l'approprier. Pour un peu on dirait même du propriétaire : la solution est captive de langage et de technologies non courantes qui oblige à se retourner vers des prestataires spécialisés.


Maintenant parlons de la vie de collectivités territoriales dont vous aimez à évoquer la rationnalisation des coûts : à chaque changement d'élu (presque tous les 5ans), on assiste au changement des équipes de communication et donc des sites webs. Est-il sur qu'il vaille mieux utiliser un hébergement spécialisé pour un outil dont la maintenance, le déploiement, et l'ajout de fonctionnalité se fait au travers d'une société "sérieuse" (500 €/jour en situation de concurrence, 1000€ dans le cas de "spécialiste") et pour lequel il faudra encore faire de la formation spécialisée du personnel (qui change), ou vaut il mieux une solution faite dans un langage de "bricoleur" qui permet de faire les templates sous dreamweaver, simple d'utilisation, et pour lequel l'hébergement pas cher ? D'ailleurs, quels sont vos tarifs d'hébergement (maintenance de l'appplication comprise), de déploiement et de main d'oeuvre ?

Quand on sait que le prix de la main d'oeuvre en informatique, et de l'hébergement sont de loin les premiers postes, je ne suis pas sur que l'on va faire des économies.

Quand je vois que l'on trouve normal de faire un outil qui ne soit pas à la portée de tous pour un usage d'expression citoyen, je me demande quelle valeurs sont réellement portées par ce développement ? Et si la valeur portée par l'outil n'étaient pas tout simplement de faire du business et une opération de communication en surfant sur la vague du "libre" qui sonne plus "éthique" ?

Alors ou la société fait n'importe quoi ou celui qui juge le code WebCT ne bitte rien à java !


Dis comme ça, je penche vers la première hypothèse, pourtant, j'aurais le choix je dirais que je n'entrave rien au succès exagéré de java qui tient plus souvent de l'incantation magique marketoïde (java fait du code plus propre, java va résoudre tout vos problèmes, java rend votre code réutilisable (mouhahahaha), java permet de livrer en temps en heure) que d'une adéquation des besoins avec les spécificités de java.

PS : quand vous faites des fautes d'orthographes phpBB propose la fonctionnalité éditer qui permet de ré-éditer (ce n'est que du PHP certes, mais c'est pas si compliqué à utiliser).
http://libroscope.org le site des Femmes libres.
jul

Messages : 41
Géo : Pontoise (Vexin Français)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit