Nous sommes le Mar 11 Août, 2020 05:39
Supprimer les cookies

Page 1 sur 41, 2, 3, 4 SuivantLinux menacé d'éclatement

Le Libre soulève de nombreuses questions, notamment sur la vente liée, les verrous numériques, les libertés numériques.., Parlons-en avec écoute et respect de l'autre.

Jeu 13 Oct, 2005 09:46

Vu sur 01Net :

Bien que sur le même noyau, les distributions de Linux divergent. Avec le risque d'accroître le coût de possession.


Lire la suite :

http://www.01net.com/editorial/290819/open-source/linux-menace-d-eclatement/

Je suis un fervent partisan du libre, mais je répète en permanence qu'il faut toujours tenir compte du TCO quelque soit le système ou le logiciel que l'on choisi.

Sans compter que les sociétés qui veulent passer sur Linux n'ont pas toujours l'infrastructure pour gérer ces systèmes.

Le libre est avant tout un état d'esprit et une autre manière d'apréhender l'informatique, mais cela implique aussi de ne pas oublier les fondamentaux.

Et cette dérive actuelle ne va pas arranger le problème car je compte bien sur les éditeurs commerciaux pour tourner le couteau dans la plaie.
Invité

Jeu 13 Oct, 2005 10:40

01.net en train de faire du prévisionnisme dans les lignes de codes d'un programme débité à l'imprimante lourde ?! Laissons les bra*l*r le mamouth pour réunions entre désaïdeurs pressés. les problèmes soulevés sont déjà très vieux, quand en plus des dirigeants de boite commencent à taper sur le voisin "qu'il est moins bien" : c'est l'hôpital qui se fout de la charité.

Linux connait que des problèmes en pro : changer de revue.
Attentyon, ponaytte maychante !
Téthis

Avatar de l’utilisateur
Messages : 3895
Géo : De passage chez les cathares

Jeu 13 Oct, 2005 10:46

Téthis a écrit:01.net en train de faire du prévisionnisme dans les lignes de codes d'un programme débité à l'imprimante lourde ?! Laissons les bra*l*r le mamouth pour réunions entre désaïdeurs pressés. les problèmes soulevés sont déjà très vieux, quand en plus des dirigeants de boite commencent à taper sur le voisin "qu'il est moins bien" : c'est l'hôpital qui se fout de la charité.

Linux connait que des problèmes en pro : changer de revue.


Tu as râlé...ça va mieux ?

Tu n'as pas fait avancer le débat : c'est un vrai problème je pense.
Invité

Jeu 13 Oct, 2005 11:19

les réponses sont dans le texte :

A quoi ressemblera Linux dans quelques années ? Personne ne peut le dire.
L'intérêt de mutualiser les efforts de standardisation : l'avenir de Linux dépend pourtant de sa capacité à maintenir une réelle portabilité entre les différentes distributions et à réduire le coût de possession.
Malheureusement, cette vision se heurte une fois de plus aux stratégies divergentes des grands éditeurs Linux. En revanche, les challengers se basent presque tous sur Debian. C'est notamment le cas d'Ubuntu, une distribution qui rallie de nombreux spécialistes Linux.
et on retombe sur LES problématiques classiques du libre :
- une manière de fonctionner plus qu'un produit à vendre de manière archaique,
- ceux qui en parent et ceux qui en font
- ne pas réinventer la roue, utiliser le travail des autres et le compléter,
- le crible libroscope sur le caractère libre ou non des projets
- le libre est un univers hyper concurrentiel sous ses airs de bécassine boy-scoot : le meilleur gagne, et le meilleur dans cet univers est le plus véloce et pas le plus monolithique
LS.

Messages : 3602

Jeu 13 Oct, 2005 13:35

L'important c'est pas tant le système que l'on utilise mais la portabilité des applications sur plusieurs systèmes pour permettre de remplacer un OS par un autre.

Les problèmes des systèmes d'exploitation et des applications apparaissent arpés plusieurs mois voire plusieurs années.

Si je veut utiliser une application prévu pour Win3.1 ou pour Mac des années 90 je peut plus, donc toutes les données de l'époque, même si elles sont suvegardées ne servent à rien.

C'est des formats ouverts qu'il faut, pour permettre une meilleure viabilité.
BDR

Messages : 184
Géo : Avignon

Jeu 13 Oct, 2005 16:40

le libre est un univers hyper concurrentiel sous ses airs de bécassine boy-scout


ah enfin une excellente approche; je suis absolument d'accord avec cette analyse: c'est "la sélection naturelle" qui prévaut . C'est terrible cette concurrence des distribs. :?

C'est à l'équipe qui sort le plus régulièrement possible la distrib la plus moderne la plus legere la plus efficace... A se demander comment font les développeurs, personnellement et meme si je me suis "limité" aux debian, je ne sais plus où donner de la tete... c'est fou ! Quand je pense que bcp d'utilisateurs info non informés un minimum pensent que microsoft est à la pointe de la technique et de l'innovation, ils ont tout faux. Jamais vu de communauté aussi efficace que celle du libre. [ si j'étais patron de société créatrice de softs non libres je serais vert à voir ce qui sort toutes les semaines en libre ! ]

Ceci dit à la différence du propriétaire où parfois c'est le plus "riche" et abusif qui gagne en écrasant les autres pas toujours à la loyale, ds le monde du LL c'est quand meme le meilleur qui finit par s'imposer, les projets secondaires ou insuffisamment aboutis finissant par disparaitre...

pour résumer: Quand c'est naze ça ne fait pas longtemps illusion... :P
Dernière édition par jurisjazz le Jeu 13 Oct, 2005 16:49, édité 1 fois au total.
jurisjazz

Jeu 13 Oct, 2005 16:48

extraits de l'article, il y a quand meme des trucs qui me chiffonnent mais n'étant pas informaticien je me plante peut etre. vous me corrigerez.
je cite:


"Elle constitue la première alternative sérieuse à Long Horn (le futur Windows), car elle promet de réduire fortement les coûts de déploiement et d'administration. "

windows vista

l faut dire que « chaque distribution possède un noyau qui lui est propre, créé à partir de centaines de patchs ajoutés au fur et à mesure des besoins des clients », explique Stéphane Mariel, responsable de l'offre professionnelle chez Mandriva.

le noyau n'est il pas à la base identique pour toutes les distribs ? bien sur le patchage est parfois spécifique (ex; distribs orientées audio pro avec kernel multi spécial basse latence, mais le noyau est le meme sous agnula mépis ou autre...)

Chaque distribution s'appuie aussi, au-dessus du noyau, sur des bibliothèques techniques différentes. Un éditeur optera pour l'environnement graphique KDE, le système de fichiers Ext2/3 et le gestionnaire de démarrage Lilo, tandis qu'un autre s'appuiera par défaut sur Gnome, Reiserfs et Grub. Dans ce contexte, choisir une distribution Linux revient à choisir un système d'exploitation spécifique.

pas d'accord: on peut avoir KDE gnome XFCE sous mandriva ubuntu agnula etc...il m'arrive souvent de passer de l'une à l'autre des interfaces en fonction de mes besoins

L'avenir de Linux dépend pourtant de sa capacité à maintenir une réelle portabilité entre les différentes distributions et à réduire le coût de possession.


la aussi, si on reste dans une "famille" , aucun pb; ex: mandriva et apodio33 est le meme systeme, agnula ubuntu mépis, meme combat... aucun pb...
En revanche, les challengers se basent presque tous sur Debian. C'est notamment le cas d'Ubuntu, une distribution qui rallie de nombreux spécialistes Linux. « C'est une distribution intéressante, car elle est complètement optimisée pour le poste de travail. Elle est industrielle, très fonctionnelle... et compatible avec les outils de déploiement et d'administration de Debian »,


OK :D
jurisjazz

Ven 14 Oct, 2005 09:56

Je me pose tout de même la question si cette différenciation accélérée n'a pas pour but, finalement, de créer un marché commercial "parallèle".

En effet, le libre est un milieu concurrentiel (et heureusement!), mais le fait d'autant atomiser l'offre, non seulement affaibli le concept, mais illustre également le désir de créer une offre "à part", donc captive.

Non ?
Invité

Ven 14 Oct, 2005 10:16

galawa a écrit:Je me pose tout de même la question si cette différenciation accélérée n'a pas pour but, finalement, de créer un marché commercial "parallèle".
Tiens, en parlant de différentiation, surtout sur un texte qui reprend les propos d'un gus de mandripala. RPM = Red Hat Package Manager, mandipaksa (formerly known as madrake) a repris ce concept en rendant les paquets totalement incompatibles avec l'original (suse aussi, mais bon...) alors que Mandrake était un fork de Red Hat. Sans compter les directories étranges et des fichiers de configuration avec des "Mandrake was here!" partout. Avant de vouloir laver chez le voisin, ce petit bonhomme ridicule devrait déjà décrotter ses godasses.

Je ne veux pas parler du reste du texte car on nous resservira le même dans 5, 10 ans. Linux c'est comme le super volcan de Yellowstone : ça va péter. Ouais, ça va péter.
Attentyon, ponaytte maychante !
Téthis

Avatar de l’utilisateur
Messages : 3895
Géo : De passage chez les cathares

Ven 14 Oct, 2005 13:52

Téthis a écrit:RPM = Red Hat Package Manager, mandipaksa (formerly known as madrake) a repris ce concept en rendant les paquets totalement incompatibles avec l'original (suse aussi, mais bon...) alors que Mandrake était un fork de Red Hat.


En même temps, urpmi, l'équivalent apt-get de Mandrake (gestion automatique des dépendances, etc.), existe depuis un bon nombre d'années, tandis que l'arrivée de yum chez Redhat/Fedora est très récente. On peut pas dire que Mandrake ait simplement fait preuve de suivisme pour la gestion de paquets.
AntoineP

Messages : 1038

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit