Nous sommes le Lun 25 Juil, 2016 03:23
Supprimer les cookies

Page 1 sur 21, 2 SuivantQu'est-ce qui vous intéresse dans le libre ?

Le Libre soulève de nombreuses questions, notamment sur la vente liée, les verrous numériques, les libertés numériques.., Parlons-en avec écoute et respect de l'autre.

Lun 20 Mai, 2013 21:50

Nous sommes nombreux à atterrir sur le réseau Framasoft avec chacun une motivation particulière.

Certains avec un intérêt pour l'informatique libre, d'autres pour la culture libre... et à côté, il y a les consommateurs d'outils gratuits qui seront sensibilisés aux valeurs du libre avec le temps à force de fréquenter ces lieux.
Ma question s'adresse à vous donc si vous vous considérez comme libristes :

Qu'est ce qui vous intéresse le plus dans le libre au delà des 4 libertés (utiliser, étudier, diffuser, modifier) ?
Y a-t-il une motivation profonde en vous qui entre en résonance avec ce concept ?


Personnellement (je ne vais pas vous laisser seul y répondre :) ), la valeur la plus importante à mes yeux c'est l'autonomie. Mes choix de vie sont fait en fonction. Et pour moi, les 4 libertés sont des outils qui garantissent l'autonomie.
[Mode MyLife ON]
Étant enfant, j'ai découvert la programmation en basic sur Amstrad (en suivant le manuel) et j'ai très vite aimé avoir le contrôle sur la machine. Je me voyais en direct créer le processus d'interaction entre l'utilisateur et la machine. Ça me fascinait, mais pas au point de rester scotché en permanence à l'écran.
Puis sont arrivés les pc équipés de systèmes Microsoft, bien souvent accompagnés de logiciels et jeux partagés sur disquette.
C'est en fac de science que le besoin d'autonomie logicielle s'est fait sentir. D'une part il fallait jongler avec les mesures anti-copie (ça devenait pénible) et d'autre part, le fait d'être dans la filière info m'obligeait à être équipé (autant pour mettre en pratique les exercices sur MS-Access par exemple, que pour rester dans la course à l'armement (pression sociale :roll: )).
Bref, j'en ai eu marre d'être obligé de payer (et repayer) pour juste utiliser un pc et avoir le droit d'étudier l'informatique. (et je suis allé en fac de lettres ou j'ai découvert le libre en option info ;) )
[Mode MyLife OFF]

Pourquoi le libre garantit l'autonomie ? J'ai pris conscience que nous sommes dépendants les uns des autres autant dans le cyberespace que dans la vraie vie. Si chacun de nous voulait vivre en autarcie ce serait impossible sans dérive - ça me fait penser au film Into The Wild (dérive en solo...) et à La Plage (...en communauté).
En revanche, nous avons le choix entre faire systématiquement appel à l'expertise des autres (modèle propriétaire bien ancré dans notre société) ou bien nous approprier le savoir et construire notre propre expertise avec l'aide des autres. Et c'est là où les libertés d'étudier et de modifier - le code, la recette, le plan... - amènent à l'autonomie.

Alors peut-être que pour vous le libre apporte un éclairage différent ?
JosephK

Avatar de l’utilisateur
Messages : 2147

Lun 20 Mai, 2013 23:34

Effectivement l'autonomie est un point important apporté par le Libre. Faire les choses sans devoir faire appel à quelqu'un d'autre, ça n'a que trop de valeur, à mes yeux du moins...

Mais pour arriver à faire ces choses tout seul (quel que soit le domaine d'ailleurs), il faut avoir la possibilité de regarder, d'observer, d'étudier ce qui a déjà été fait. Et ça c'est, pour moi encore, un des plus gros avantages du Libre : on est déjà perché sur les épaules d'un géant. On n'a pas besoin de réinventer la roue dès qu'on veut faire quelque-chose. Réutiliser l'existant nous permet de nous focaliser sur notre but, de le rendre plus efficace en ne perdant pas de temps à refaire une énième fois des trucs basiques mais indispensables.

C'est pour moi la meilleure façon de faire progresser les choses, d'améliorer la performance (oui je sais, l'optimisation est passée de mode...) et d'ouvrir de nouveaux horizons.
Quand tout le reste a échoué, lisez le mode d'emploi.
yostral

Avatar de l’utilisateur
Messages : 5214
Géo : Là-haut dans la montagne...

Mar 21 Mai, 2013 10:20

Bonjour,

Ça fait plaisir de lire quelqu'un d'autre ayant aussi débuté sur Amstrad CPC.
J'ai aussi commencé comme ça, d'abord en Basic, puis en assembleur, sous l'influence du très bon magazine "Amstrad Cent Pour Cent". À l'époque c'est l'optimisation qui m'intéressait, l'idée d'exploiter au mieux la machine, faire beaucoup avec une machine censée être limitée.

La question est très intéressante. Personnellement c'est le libre qui m'a redonné le goût de l'informatique et de la programmation, que j'avais un peu mis de côté à une époque.
Je ne recherche pas spécialement l'autonomie, je ne cherche pas à maîtriser tous les sujets, et je préfère m'appuyer sur l'expertise des autres quand c'est nécessaire.

Mais il y a deux choses importantes pour moi :

1) Le sentiment de faire quelque chose d'utile, qu'on n'a pas en faisant du code propriétaire. Les logiciels libres profitent à tout le monde, et s'enrichissent au fur et à mesure. On ne programme pas juste pour un produit, qui vivra - tout comme son code - un certain temps, avant de disparaître ou d'être complètement réécrit. Même si dans le logiciel libre aussi, on repart parfois de zéro, ce qui a été fait avant n'a pas été inutile et reste une source d'inspiration.

2) La "philosophie" qui est derrière, l'alternative au modèle économique existant, l'idée de partager pour en faire profiter tout le monde. Et surtout le fait de l'avoir mis en pratique, de vivre chaque jour avec cette alternative.
hjuvi

Messages : 4

Jeu 23 Mai, 2013 14:46

Je trouve intéressant de voir que chacune de nos approches est une manière de mettre l'accent sur l'un des critères qui défini le libre.
Pour l'autonomie et le progrès c'est plutôt les libertés d'étudier et modifier le code.
Pour le partage et la construction d'un patrimoine commun, c'est plutôt celle de diffuser...

Et finalement (remarque en passant), ça correspond aussi aux 3 principales catégories de Framasoft : Logiciel libre (libertés d'étudier et modifier qui prédominent), Culture libre (liberté de diffuser) et Services libres (liberté d'utiliser).
JosephK

Avatar de l’utilisateur
Messages : 2147

Ven 24 Mai, 2013 10:37

Ce que je trouvais intéressant dans la question, c'est que ça peut aider à répondre à ceux qui ne voient pas forcément l'intérêt d'avoir le code source, parce qu'ils n'ont pas l'intention de le lire et encore moins de le modifier, et donc ne voient ce que la notion de libre apporte de plus, pour eux, que la gratuité.
La réponse à cette question passe en général par autre chose que les 4 libertés de base du logiciel libre (même si, quelque part, la réponse est déjà dedans), et elle n'est pas toujours évidente à formuler. Enfin moi, en tout cas, je suis en général un peu démuni quand il s'agit de trouver les bons arguments pour défendre le libre par rapport à la simple gratuité.
Et une façon de le défendre peut effectivement être de le mettre en rapport avec une motivation plus personnelle.
hjuvi

Messages : 4

Ven 24 Mai, 2013 17:52

Pour ma part, c'est le libre partage, le libre accès, pour contrebalancer le propriétaire.

Comme nous pouvons le voir, le marché s'implante partout. Tout est monétisé, gamifié, pour faire l'éloge du "principe de réciprocité" et mettre aux oubliettes le don, le pardon, le partage. On doit tout déclarer, faire apparaître dans une comptabilité, mais on se demande pourquoi l'État ne nous montre pas sur ses sites web toute sa comptabilité, bureaucratique. Ce qui n'est pas officiel n'est pas crédibilisé. Par peur du hasard ? Ou sous l'illusion que si quelque chose est officiel, alors c'est vrai et crédible ?

Les logiciels libres sont une occasion de remettre le partage au goût du jour, le partage sans attente de contre-partie, de la volonté authentique plutôt que de la méritocratie. Les systèmes d'exploitation libres sont aussi là pour ça, ainsi que les licences Creative Commons (notamment la CC0).

Mais le web n'est qu'un ensemble de contextes. L'idéal serait de créer des communes sans monnaie, des communes où tout se partage, légumes, fruits, savoirs, savoir-faire, eau potable, air, livres, fichiers, logiciels, systèmes d'exploitations, ballons, vélos, etc. Ce qui n'est pas partagé est condamné à être produit en masse (pas très écologique). Le fait de devoir payer plus oblige à travailler plus, souvent pour faire une activité qui ne nous parle pas, sans engagement, voire une activité qui va à l'encontre de notre éthique (éthique écologique, par exemple). En plus, la récompense banalisée (salaire à chaque fin de mois) est peu variée, si bien qu'elle ne nous fait plus guère d'effet, tout comme la punition pécuniaire systématique.

D'où le droit et la liberté d'agir et de partager sans monnaie, hors du marché : les logiciels libres, les fichiers aux formats ouverts, les polices libres sont une partie de ce terrain numérique libre. Libre signifie aussi avoir la possibilité de pouvoir changer, de pouvoir couper les ponts (contrairement aux abonnements), de pouvoir s'adapter comme bon nous semble. Au contraire, les États de droit et les contrats ont tendance, dans certains domaines, à poser toujours plus d'obligations et d'interdictions. Vive la liberté de rester un électron libre, pouvoir voyager, changer, diversifier nos activités et nos outils sans que l'un n'obtienne quelque monopole radical (un outil dont on ne pourrait soi-disans pas se passer, faute d'outil alternatif ; développons des alternatives libres dans tous les domaines).

Libre parce que nous ne voulons pas que la monnaie nous drogue au point de faire tout et n'importe quoi juste pour de la monnaie, comme pour de la cocaïne. Libre parce que nous pensons qu'il est possible de nous passer de monnaie, que nous pouvons être maîtres de nous-mêmes sans monnaie (dont certaines personnes disent qu'elle aurait un effet régulateur...).
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
shokin

Avatar de l’utilisateur
Messages : 186
Géo : Suisse

Jeu 10 Sep, 2015 15:02

Globalement je suis passé sur le libre parce que j ' avais ras le bol de l ' écosystème Microsoft , c ' était à la grande époque de Java , qui ce voulais un anti Microsoft en tout point , mais à la fin des années 1990 , marchotais plus qu ' il marchait , le langage changeais tous les six mois et une boite comme Borland vendais une fortune un truc JBuilder prenais de la ressource plus que nécessaire en matière de temps machine et bien sur sans module UML , le comble advint avec Quake 3 Team Arena qui aurais du m ' obligé à passé sur GeForce , j ' étais sur TnT2 ... donc je me prie en mins et acheta une boite de SuSe ... et je découvris ce nouveau monde , que je n 'est jamais quitté
thedarklinux

Avatar de l’utilisateur
Messages : 28
Géo : près de Paris

Jeu 10 Sep, 2015 18:55

Personnellement, le libre est un petit aspect de ce en quoi je crois. Je voudrais que le Libre soit la vulgarisation de l'informatique : que tout le monde comprenne l'outil et agisse en conséquence.

Je voudrais qu'on pense de même pour l'agriculture, l'éducation et la politique. Que ce n'est pas si compliqué, que c'est amusant, que ça ne demande pas véritablement d'effort de s'initier. Que les outils sont déjà là, et qu'il n'y a plus qu'à trouver une commuanuté pour se lancer à l'eau. Que si on ne le fait pas tous, on continuera dans une destination qui ne sera pas bonne pour nous, parce que nous ne comprendront rien de ces choix "qui ne sont pas de notre domaine".
Mais la "vie" est le domaine de nous tous, et si on refuse de s'y intéresser, alors on vit un mesonge qui peut s'écourler en tout instant.

J'y réflechissais un instant, au libre et ce qu'il symbolisait aujourd'hui. Quelque part je ne peut m'empêcher de me dire "se battre pour conserver les droits des riches citoyens occidentaux, sur des outils fait par des petites mains misérables dans un lointain pays". Ce n'est guère reluisant, et l'informatique d'aujourd'hui me laisse profondément insatisfait dans tous ses aspects physiques.

L'internet et le logiciel libre sont important : mais que sous sa forme actuelle, l'informatique aura toujours ce caractère un peu malsain de dépendance à des modèles industriels injustes auquel persone d'informé ne voudrait ne rien avoir à voir. Comme la filière de la viande en batterie par exemple.

Le meilleur moyen que les gens prennent non seulement conscience de ce type de problème, mais veuillent faire quelque chose pour ça, c'est de leur donner la maîtrise du sujet, et pour ça, de pratiquer, au point d'être assez solide pour oser avoir une opinion propre et divergente.

Ou de ne rien faire, mais en toute connaissance de cause. Liberté devrait être faire ce qu'on veut, mais sans connaissance, on est pas libre.
otyugh

Messages : 27

Jeu 10 Sep, 2015 21:43

Je vous rejoins sur l'autonomie et le partage.
Ce qui me séduit le plus dans le libre est son côté éthique qui peu servir/sert/servira de modèle à tout plein de domaines, telle que l'économie, la politique, les énergies, etc, et tout simplement l'appartenance à une grande famille avec laquelle on partage et on débat, ce qui la fait toujours avancer avec bon sens -- chose devenue extrêmement rare, voire inconnue pour beaucoup d'égoïstes aux esprits fermés, avides de richesses et de pouvoirs --.
Non, non, je ne m'enflamme pas :) , je dis les choses comme je les pense.
Toyen

Avatar de l’utilisateur
Messages : 7

Ven 11 Sep, 2015 06:16

Tu as peux etre une vision romantique de la chose ...
thedarklinux

Avatar de l’utilisateur
Messages : 28
Géo : près de Paris

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : weeot